06/11/2005

LES REINCARNATIONS: THEORIE DU PUZZLE

L'INCARNATION EST COMME UN PUZZLE.

     Pourquoi ne pas s'incarner puis se désincarner une seule fois ? A quoi peut bien servir toute cette série de réincarnations successives ? En posant cette question, on touche là un point extrêmement important.

     Il faut bien comprendre tout le processus. Imaginons-nous que le cycle des réincarnations d'une âme est comme un immense puzzle  composé de nombreuses pièces, peut-être des centaines ou même des milliers. Ces centaines ou ces milliers de morceaux sont tous différents les uns des autres.

     Comme pour chaque puzzle, il existe une image de base à reconstituer. Pour les puzzles courants, c'est souvent la reconstitution d'un tableau ou d'une scène et chaque morceau du puzzle existe à l'avance et a sa place bien déterminée dès le départ. C'est pourquoi on peut reconstituer le puzzle d'un seul coup.

     Pour le puzzle des réincarnations, il n'en va pas ainsi. Ce puzzle, nous n'en disposons pas, en entier, l'image d'un seul coup, dès le départ. Ce que nous savons seulement, c'est qu'à la fin, nous devons finir par rejoindre la DIVINITE dont nous nous sommes séparés à la création.

     Encore que pour nous, l'histoire d'ADAM se renouvelle à chaque instant: à chaque instant, de nouvelles âmes se détachent de la DIVINITE et commencent leur périple terrestre et renouvellent l'histoire d'ADAM !

     Revenons à notre puzzle. Il reste pour nous invisible. Nous ne savons jamais, lors de chaque réincarnation, où nous en sommes exactement dans le processus de recontruction ni, donc, dans notre échelle du retour vers la DIVINITE.

     Chaque fois que nous nous réincarnons, c'est comme si nous venions chercher un morceau du puzzle pour le placer dans le tableau. Mais ce morceau de puzzle, contrairement au puzzle des magasins, n'est ni dessiné ni calibré ni ciselé une fois pour toutes. Nous ne savons pas quelle place il occupe dans le puzzle. Nous le trouvons tel qu'il est préparé pour nous: il représente les épreuves que nous devons traverser pour passer l'incarnation en cours. Ces épreuves sont la conséquence des actes ou des pensées que nous avons posées lors de la précédente incarnation, même à notre insu.


     Croire que le morceau de puzzle est bien dessiné et ciselé à l'avance, que nous le recevons immuable serait croire à la prédestination absolue. Ce serait croire que le libre-arbitre n'existe pas. ce serait croire qu'il suffirait de se laisser vivre, sans aucun effort à produire puisque tout serait écrit une fois pour toutes. Il n'en est pas ainsi !



     Ce qui est donc déterminé, sans que nous le sachions, c'est la charge d'épreuves à surmonter. Contre cela, nous ne pouvons rien: c'est un "donné". Nous n'y pouvons rien !

     En revanche, il nous appartient de faire en sorte que le morceau de puzzle soit le plus réussi possible lorsque nous arriverons à la fin de l'incarnation en cours. Ici aussi, il importe de bien se pénétrer du fait que nous ignorons tous à quel moment cette incarnation présente prendra fin. Il faut donc toujours agir comme si le jour présent devait être le dernier.

     L'incarnation finie, nous emportons le morceau de puzzle avec nous et nous le posons à sa place dans le tableau: il fait partie de notre acquit moral. C'est pourquoi il importe de se comporter comme si chaque jour devait être le dernier.

     Il serait malsain de s'imaginer qu'on peut agir comme bon nous semble, que nous pourrions toujours consacrer nos vieux jours à expier. A la fin de notre vie, notre morceau de puzzle sera aussi chargé de nos dettes. Si nous n'avons pas bien franchi les épreuves, si nous nous en sommes acquis d'autres par nos actes, plus laid et plus lourdement chargé sera le morceau de puzzle que nous irons chercher pour débuter notre incarnation suivante !

     Aucun sacrement ne sera jamais fort assez pour aller à l'encontre de cela. Ce serait d'ailleurs profondément injuste vis-à-vis de tous nos compagnons de route qui ont veillé, jour après jour, à rester dans la bonne voie. On ne peut imaginer un DIEU injuste !


     Nous venons recher un nouveau morceau de puzzle à l'incarnation suivante dans les conditions que nous venons de décrire. Et ainsi de suite jusqu'au dernier morceau qui nous permet enfin d'avoir reconstruit le puzzle tout entier. C'est-à-dire lorsque nous aurons reconstruit DIEU dont nous nous sommes séparés lorsque notre âme a été créée. Et il s'en crée de nouvelles à chaque instant !

     A chaque fois, le morceau de puzzle que nous recevons est préparé en fonction de nos épreuves à subir et que nous avons méritées. Une fois, si nous sommes très riches, très puissants c'est afin que DIEU puisse se rendre compte de la façon dont nous allons utiliser cet argent, cette puissance. Sera-ce pour venir en aide à notre prochain et faire oeuvre de charité ou sera-ce pour cultiver notre rapacité, notre égoïsme ?

     Une autre fois, nous serons très pauvres pour nous permettre de comprendre ce qu'est la pauvreté et pour nous apprendre à nous en sortir en gardant notre dignité, sans aucune envie...

     Une autre fois, nous serons d'une beauté plastique magnifique. Ce sera pour nous apprendre à ne pas user de notre beauté pour séduire d'autres personnes et ne pas sombrer dans la luxure...

     On pourrait multiplier les exemples à l'infini.

     Ce qui importe, c'est de bien connaître le processus des réincarnations. Partant de cela, de bien savoir, finalement, quelle est notre place et notre rôle dans le monde.

     Il faut bien se rendre compte que, dans l'incarnation présente, nous nous trouvons à un endroit déterminé du puzzle et que nous devons agir de façon à ce que, à la fin de cette vie, notre morceau de puzzle soit le mieux réussi possible et que nous puissions, à l'ncarnation suivante, "hériter" d'un morceau de puzzle qui soit le moins lourd possible en épreuves à subir.

     Pour cela, une seule recette, mais plus facile à formuler qu'à remplir:
- douter le moins possible;
- ne pas se laisser aller à la facilité;
- ne pas suivre aveuglément notre   intelligence qui nous trompe sans arrêt.

Remarque: attention, chaque fois que nous disons "nous" dans le texte, il ne faut pas se laisser abuser par une vaine croyance. Dans chaque individu, ce qui est vivant pour toujours, c'est l'âme, la conscience. Le corps, l'intelligence, les autres facultés sont limitées à une seule vie, une seule incarnation. A la mort, nous disparaissons définitivement. Seule notre âme s'échappe et continue sa vie dans une autre incarnation. C'est l'âme qui se réincarne dans un autre corps, chez un autre individu et qui continue sa route. L'individu qui l'a hébergée, lui, il disparaît à tout jamais ! Le mythe du Comte de SAINT-GERMAIN n'est, pour les ANTOINISTES, qu'une légende.




 





















































































































































17:04 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.