14/01/2006

 LA VUE DU MAL

LA VUE DU MAL.

APPROCHE DE L'INTEGRISME.

 

     Affirmer que nous sommes dans la vérité, c'est prouver que nous n'y sommes pas ( voir 3° principe ), c'est être de parti pris, c'est vouloir créer et imposer des règles que nous serions les premiers à devoir s'y soumettre. Et bien souvent, au moment de nous y soumettre, on découvre des motifs de faire une exception!

 

     En revanche, l'ENSEIGNEMENT du Père ANTOINE nous montre que nous sommes imparfaits et que nous subissons quantité d'effets de cette imperfection sous forme d'épreuves inhérentes à chaque cause provenant en réalité de cette cause originelle.

 

     Nous devons absolument comprendre er admettre que le "mal" que nous voyons chez autrui et aussi et d'abord en nous!

 

    Autrui, le prochain, chez qui nous sommes assez perspicaces que pour découvrir le "mal", l'imperfection n'est en somme que le miroir de notre propre imperfection.

 

    Autrui, notre prochain, est donc, en fait, ce que nous-mêmes nous sommes.

 

     Par jugement personnel, nous voyons le "mal" dans notre semblable alors que nous ignorons en tout ou en partie celui qui se trouve en nous. Ou , plutôt, nous l'ignorons volontairement.

 

     C'est pourquoi, chaque fois que nous sommes amenés à porter un jugement sur autrui, à "voir la paille qui se trouve dans son oeil", aulieu de le juger, nous devons , au contraire, faire un retour sur nous-mêmes et à "voir la poutre qui se trouve dans notre oeil".

 

     Accuser  autrui est une chose facile car cela sert surtout à nous dédouaner nous-mêmes. En réalité, valons-nous mieux que lui ?

 

     Nous devons nous pénétrer de la maxime :    " TU ES CE QUE JE SUIS - JE SUIS CE QUE TU ES ".

 

     Qu'estce ce que cela veut dire?

 

     Nous sommes tous, certes dans des proportions différentes puisque à des échelons différents sur l'échelle du progrès, imparfaits et en marche vers la perfection .

 

    Voir,à ce propos, le texte sur ce même blog  relatif à la conception antoiniste du mythe de SYSYPHE.

 

     Afin de ne pas juger le prochain, ayons cette pensée de charité et de compréhension: " Je suis passé par les mêmes filières". Pénétrons-nous bien de ce qui est affirmé dans le 5° principe.

 

     Nous devons bien comprendre que nous avons tous, même si nous nous en défendons, à des degrés doivers, la vue du mal chez autrui.

 

     Cette vue du mal nous empêche d'avoir suffisamment d'amour pour nos semblables.

 

    Cette vue du mal nous pousse à établir des catégories chez nos semblables, à préférer tel ou tel, à rejeter tel autre.

 

     Cette vue du mal appliquée à la religion nous pousse à l'intégrisme. En effet, c'est la vue du mal poussée à son extrême: l'intégriste se dédouane complètement de tout mal et voit chez l'autre la représentation même du mal absolu.

17:49 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.