26/03/2006

UNE RELIGION DE SALUT ?

UNE RELIGION DE SALUT ?

 

     Qu'est-ce qu'une religion de salut? Dans le chapitre "REINCARNATION", le Père condamne, en fait, le principe des religions de salut. Relisons le passage suivant:

 

     "...Ne nous imaginons pas qu'à la mort (l'âme) va dans l'espace, il n'en est pas ainsi. Qu'y ferait-elle, la vie matérielle y serait-elle encore possible ? En quoi l'âme pourrait-elle y progresser ? Si elle le pouvait, il lui serait inutile de venir prendre un corps et de passer de l'espace à la terre et réciproquement .

     Tout autre et bien plus consolante est la réalité: la mort n'existe pas; nos êtres chéris soi-disant disparus ne le sont qu'en apparence; nous ne cessons pas un instant de les voir et de nous entretenir avec eux, la vie corporelle n'est qu'illusion..."

 

     Que reprocher aux religions de salut ? De susciter la peur.

 

     Elles ne se contentent pas de dire que les élus participeront à une béatitude éternelle car purifiés.

 

     Elles ajoutent que les non-élus seront jetés aux enfers où leur seront réservés, éternellement, d'effroyables tourments.

 

     En outre, ce destin, éternel et immuable, se décide après une seule vie. Poure adoucir un peu cette vision pessimiste, on a cru bon d'inventer le purgatoire.

 

     En général, les religions de salut portent en elles le germe de l'intolérance et du fanatisme. Elles sont, en général, élitistes. Leurs zélateurs disent que, pour atteindre la vérité, les chemins autres que le leur sont des chemins de perdition.

 

     En réalité, ce que l'ANTOINISME nous enseigne, c'est que l'enfer n'existe pas et que, l'âme, a pour but final de se fondre avec la DIVINITE originelle. Ce retour à la DIVINITE se fera après une multitude de réincarnations qui seront, sur terre, en réalité, autant de purgatoires ou même d'enfers.

 

     L'homme n'est pas condamné à la crainte: DIEU ne gouverne pas le monde, DIEU ne gère pas le quotidien du monde au gré de ses humeurs, de ses colères ou de ses fantaisies !

 

19:54 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.