09/06/2006

LE PREJUGE

" LE PREJUGE "

 

     " Le préjugé est à la pensée ce que le rituel abusif est au comportement: une programmation prête à l'usage et résistante à l'usure. Il protège de la peur, mais enferme et retient prisonnier.

 

        L'envers du préjugé, c'est le refus des classifications coercitives, des catégories limitatives, des images réductrices. C'est l'espace de liberté laissé sur la plage des relations humaines par le reflux de la peur, de la peur de l'autre-différent. C'est la victoire (toujours provisoire) de la force de la force de complexification, d'unification sur la force d'inertie et de sclérose. Peut-être est-ce finalement celle de la vie contre celle de la mort ?"

 

Patrick TRAUBE

Ecrivain

 

     Voici, dans le même ordre d'idées, ce que dit le Père ANTOINE dans le chapitre " REINCARNATION":

 

     " Il est parfois bien pénible d'entendre avancer des opinions contraires aux siennes. C'est là, cependant, que l'on rend les plus grands services en nous corrigeant du part pris. Nous ne pouvons souffrir que de l'erreur. Plus l'homme est méchant, plus il voit le droit de son côté et la méchanceté chez les autres."

 

     Et, dans le chapitre " ÊTRE OU PARAÎTRE ":

 

     " Nous pouvons voir quelqu'un agir comme nous ne voudrions pas le faire nous-mêmes, si nous sommes plus élevés. En l'observant avec notre amour, nous trouverons ses actes en harmonie avec son avancement; mais si nous voulons le reprendre et le contraindre à partager notre manière de voir, nous faisons preuve de parti pris. Quelque affable que puisse paraître notree raisonnement, il ne pourrait que le froisser. Nous obéissons à un caprice, notre douceur n'est que dans les mots..."

 

12:47 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.