02/11/2006

 DIEU N'EST PAS EN EHORS DU MONDE ET NE DIRIGE PAS LE MONDE!

 

L’IDEE DE DIEU N’IMPLIQUE PAS

L’IDEE DE DIRECTION DU MONDE !



      Le Père ANTOINE révèle que la Divinité ne réside qu’au sein de l’homme. Il identifie en quelque sorte l’ Homme à DIEU
(« Ne croyons pas en DIEU, n’espérons jamais rien de Lui, mais croyons en nous. Sachons que nous sommes DIEU nous-mêmes, que si nous voulons , nous pouvons. » ) contrairement à l'anthropomorphisme religieux classique qui fait de Dieu un créateur, qui le place au-dessus du monde, qui le rend ordonnateur d’une finalité.

 

     Cette conception, ANTOINE la dénie sans appel : « La croyance a été imaginée par l’intelligence qui a toujours cru que DIEU existe en dehors de nous. Elle ne peut être naturelle car elle suscite la crainte et nous fait agir toujours contrairement, avec la pensée que DIEU nous voit, qu’Il nous observe, qu’Il nous punit et nous donne des récompenses… »

 

     Selon l’ANTOINISME, comme nous l’avons déjà exposé dans d’autres articles, DIEU est impersonnel, ni créateur, ni bienveillant, ni malveillant, sans dessein particulier pour l'homme, ( Voir «  DIEU voit tout, Dieu sait tout mais n’intervient pas » ).

 

     DIEU ne dirige donc pas le monde. L’idée que tout                                                                          ce qui se produit ne se produit qu’à partir d'un but expliquant tout le processus, but préétabli par DIEU et processus préétabli par DIEU aussi ( Voir les articles expliquant pour quelles raisons l’ANTOINISME n’admet pas la prédestination).

 

     La croyance en une ou plusieurs Divinités (un DIEU unique ou un panthéon) fixant de son seul gré un but  au monde et un processus à suivre inéluctablement par chacun s’explique : c’est  la projection en un au-delà de la manière fausse de se percevoir soi-même, et les autres : l'égocentrisme.

 

     ANTOINE dit, dans le chapitre « QUELLE EST LA CONCEPTION QU’ON PEUT SE FAIRE DE DIEU » : « …nous ne devons pas ignorer que toutes les conceptions de DIEU sont des effets de l’intelligence qui L’imagine en dehors de nous et qu’elles diffèrent à l’infini, suivant notre compréhension. » et, un peu plus loin : » Tout croyant se représente DIEU à travers (la matière) comme un être suprême isolé dans l’univers et c’est d’après cette conception qu’il Le prie et L’adore. Cepe,ndant nous ne devons pas ignorer qu’il nous a été dit que nous ne pourrions aller à DIEU que par l’intermédiaire de notre semblable, c’est ce qui démontre qu’on ne pourrait vraiment aimer DIEU que de l’amour dont on aime celui-ci. » et également, pour conclure ce chapitre : «  Tâchons d’avoir cette idée que DIEUne réside qu’au sein de l’être, nous Le palpons lorsque nous aimons notre semblable, mais nous ne pourrions nous en persuader qu’en Le cherchant dans le Connais-toi ; Le chercher en dehors de nous, c’est revendiquer la croyance d’Adam. »

 

 



     

    

 

16:52 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.