04/12/2006

L'ANTOINISME: PAS UNE RELIGION COMME LES AUTRES.

 

 

L'ANTOINISME:

 

RELIGION OU CULTE ?

 

     Ce qui caractérise l’ ANTOINISME, c’est le peu d’attention accordée aux manifestations extérieures, le dépouillement des Temples, l’opposition à toute sacralisation des  formes , le refus de classer les adeptes en deux catégories : les initiés et les autres ( les profanes ).

      L’ ANTOINISME a, depuis le début , renoncé à l’appellation  d’ « Eglise ». Bien qu’il y ait eu après la désincarnation du Père ANTOINE quelques velléités ( pétition avec 150000 signatures et démarches parlementaires pour faire ajouter le Culte Antoiniste aux autres religions reconnues par l’Etat Belge ).

     Dans un des préambules de l’ENSEIIGNEMENT, un « adepte du Père » écrit ces lignes :

 

     «  L’enseignement du Père a pour base l’amour, il révèle la loi morale, la conscience de l’humanité ; il rappelle à l’homme les devoirs qu’il a à remplir envers ses semblables ; fut-il arriéré même jusqu’à ne pouvoir le comprendre, il pourra, au contact de ceux qui le répandent, se pénétrer de l’amour qui en découle ; celui-ci lui inspirera de meilleures intentions et fera germer en lui des sentiments les plus nobles » 

 

    

     Voilà qui est clair: point n'est besoin pour pratiquer l'A,ntoinisme et pour pratiquer un service au sein cu Culte de disposer d'un diplôme en théologie ou en philosophie.

 

     Sur tous ces points, l’ANTOINISME se distingue résolument des religions traditionnelles (exception faite de quelques petites églises protestantes.

 

     Pourquoi l’ANTOINISME n’a-t-il jamais  posé comme une  « Religion » établie ?

 

     Parce que l’idée de religion, surtout si elle est monothéiste, implique celle de la transcendance, c’est-à-dire d’un DIEU existant au-dessus du monde. Pour les religions traditionnelles, DIEU est une entité « supérieure » dans le sens où c’est lui qui a créé toutes choses, dans le sens où Il nous gouverne, dans le sens où il a fixé à notre personne une destinée et où, dès lors, il nous observe ,peut discerner nos pensées mêmes les plus secrètes. et peut agir sur nous pour nous punir, nous rappeler à l’ordre, nous remettre sur le chemin ou nous abandonner.

 

     Dans le chapitre « ARBRE DE LA SCIENCE DE LA VUE DU MAL , LE BIEN INTERPRETE L’OPPOSE DE LA REALITE », le Père ANTOINE expose sa vision:

 

   Voici ce qu'il dit:

 

 «  J’ai enseigné que nous avons deux individualités, l’une est la conscience et l’autre, l’intelligence. C’est par celle-ci que nous nous dirigeons dans l’incarnation ; c’est elle qui fait la conscience, sans l’intelligence , la conscience serait inutile car elle n’a pour raison que d’enregistrer ses pensées. Voilà comment la loi est l’ombre de nous-mêmes. En imaginant DIEU en dehors de lui, Adam s’est dénaturé puisque DIEU était en lui : en Le voyant dans le serpent, il prend l’erreur pour la vérité, l’ombre pour la réalité, c’est là qu’il faillit… »

 

     Et, toujours dans le même chapitre :

 

    «  Dans le cours de son développement, à travers les âges de l’humanité, l’intelligence a toujours imaginé DIEU isolé, dans des êtres de plus en plus perfectionnés. Après le serpent dont Adam fit son DIEU, elle L’a conçu dans d’autres animaux encore, ensuite, vint le règne des fétiches ; aujourd’hui, elle Le personnifie et fait un être suprême. Depuis Adam jusqu’à nos jours sa vue n’a pas changé, elle L’imagine toujours en dehors de nous comme l’a fait Adam, … »

 

     Et, aussi :

     «  …elle laisse ignorer que DIEU ne réside qu’au sein de l’homme, que chacun de nous En est une partie. Je l’ai révélé, tous nous sommes des dieux, nous avons tous un côté divin, notre côté réel ; quand nous aurons surmonté la matière, l’imperfection, nous serons tous réunis dans le même amour, amour pur, nous formerons l’unité absolue de l’ensemble, DIEU. »:

 

    Et, dans le chapitre "Quelle est la conception qu'on peut se faire de DIEU ?":

 

 «  Tout croyant se représente DIEU à travers ( la matière ) comme un être suprême isolé dans l’univers et c’est d’après cette conception qu’il Le prie et L’adore. Cependant nous ne devons pas ignorer qu’il nous a été dit que nous ne pourrions aller à DIEU que par l’intermédiaire de notre semblable, c’est ce qui démontre qu’on ne pourrait vraiment aimer DIEU que de l’amour dont on aime celui-ci…. »

 

    

 

     Dans les religions traditionnelles, il est indispensable pour agir dans ce monde convenablement sur le plan moral de comprendre l’existence de cette entité supérieure omnipotente « DIEU le père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ».

 

     Ce postulat implique toute une série de conséquences pratiques que l’on retrouve, sous des formes diverses, dans les religions traditionnelles :

1° séparation entre ce qui est sacré et ce qui est profane ;

2° séparation, parmi les fidèles, entre les « sacrés » ( les initiés : les prêtres ) et les « profanes « ( les simples adeptes ) d’où des hiérarchies complexes.

3° existence de rites qui doivent permettre de magnifier l’entité supérieure.

 

     Il y a dans les religions monothéistes traditionnelles une conception de l’absolu qui a tendance à exclure les autres. En effet, dans l’espace du monothéisme, ce sont les conceptions du même dieu qui s’affrontent.

 

    Les ANTOINISTES pensent que la vérité divine ne peut appartenir à personne, qu’aucune religion ne peut détenir l’absolu à elle seule pour l’imposer aux autres.

 

    Bref, chacun a sa vérité, mais personne n’a l’exclusivité de la vérité !

 

 

  

21:05 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Nettes Réserves sur vos propos Bonjour et Amitiés ,

Je vous félicite de défendre vos idées .

Mais je suis désolé ,
mais vos propos sont les propos tenus ,
il y a plus de 1950 ans par les Gnostiques Chrétiens :

Les Disciples de Jésus Christ :

Myriam de Magdala ,Thomas et Philippe ?

Rejetés de l 'Église de Jérusalem de Jacques le Juste et Étienne ,
et rejeté par les Hellénistes Pierre et Paul ?
Finalement martyrisés !
Finalement éliminés par les Arianistes ,
les Catholiques Romains
et les Catholiques Coptes ?
Avec la différence ,
qu'ils ne faisaient pas de la
« Religiosité »
et n'étaient pas insensibles aux souffrances humaines ?

Vous faites de la religiosité,
de la phraséologie dans un monde virtuel
en complet divorce avec les Messages de Jésus Christ ?

Bien sur ce n'est pas au cours de Catéchisme ,
que les Catholiques l'apprendront ?
Mais malgré vos sympathies Protestantes ,
ce ne seront pas les « gentils Protestants  »,
qui l'admettront ?
ou l'enseigneront ?

À suivre .......... 


Écrit par : jacquestetu | 05/07/2007

Les commentaires sont fermés.