18/05/2007

LE MONDE: UNE ECOLE DE LA FOI.

 

LA POSITION DE L’ANTOINISME VIS-A-VIS DU « MONDE » : LE MONDE EST UNE ECOLE !

 

     Souvent, on assimile l’Antoinisme au dualisme, aux sectes gnostiques ( tels que par exemple les cathares ). Dès lors, on attribue à l’Antoinisme le détachement, le mépris du monde, de la vie terrestre. Nous trouvons dans l’extrait qui suit une belle comparaison, une belle expression de la position du Père ANTOINE au sujet des relations entre l’individu, et plus précisément l’adepte antoiniste, et le monde.

     Le Père ANTOINE compare le monde à une école. Qui dit »école » dit nécessairement confrontation avec des autres, enseignement donné par un maître, position par rapport à cet enseignement, travail personnel, études ,épreuves, récompenses, joies, peines…

     Ce texte est extrait du chapitre «  DIEU POURRAIT-IL AVOIR CREE LA SOUFFRANCE ? » :

« Nous devons considérer ce monde comme une école où nous apprenons à aimer. »

     Nous remarquons, une fois de plus, que le Père ANTOINE donne son Enseignement sur les défauts de l’être humain en utilisant le « nous », en refusant donc tout placement sur un piédestal, en s’incluant dans la masse. Quand il expose un problème, c’est presque comme s’il parlait après avoir fait un travail d’introspection intime sur sa propre personne. Il ne peut donc être question d’assimiler le Père ANTOINE à un quelconque gourou !

     Il continue en reliant cette maxime à sa théorie de la réincarnation :

« Celui qui possède l’amour complet n’en fait plus partie. Il a passé par bien des filières, il a bien longtemps haï, et il en a souffert, avant de comprendre que le bonheur ne réside que dans cet amour qui naît de la foi, ce qui veut dire que nous puisons en l’amour même par notre foi. »

     La foi, comme c’est dit dans l’AUREOLE DE LA CONSCIENCE, est donc le chemin qui puise directement à l’amour vrai. Il n’y a pas de foi sans amour vrai et il n’y a pas d’amour vrai sans la foi. Même ceux qui ne l’on pas compris n’en sont pas nécessairement exclus. Selon le Père ANTOINE, c’est seulement cette prise de conscience qui leur manque. Ainsi :

« Nombreuses sont les personnes qui ignorent cette question. Cependant elles ont aussi un but car nul ne fait le plus petit mouvement sans raison. Nous disons que nous croyons en un DIEU, mais nous ne LUI consacrons pas toujours volontiers notre temps de crainte de travailler inutilement. Nous ne pensons qu’à alimenter le corps afin qu’il soit en bon état pour recommencer notre labeur le lendemain. Nos pensées ont souvent une autre base que la foi ; par elles, nous cherchons le bonheur dans la matière ; nous n’aspirons qu’à la réussite de nos entreprises. »

     Donc le Père nous met aussi en garde : même ceux qui ont la foi, il leur arrive de faillir, de flancher, de se laisser tenter…

 

11:24 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.