21/05/2007

LES SOUFFRANCES. LEUR CAUSE SE SITUE-T-ELLE DANS L'IMPERFECTION.

 

L’IMPERFECTION EST-ELLE LA CAUSE DE NOS SOUFFRANCES ?

 

 

          Dans le chapitre « ARBRE DE LA SCIENCE DE LA VUE DU MAL,LE BIEN INTERPRETE L’OPPOSE DE LA REALITE », le Père ANTOINE est amené à préciser sa pensée à un adepte qui, manifestement, est quelque embrouillé par des aspects, pour lui contradictoires, de l’ENSEIGNEMENT. Cela comme, il faut bien le reconnaître, cela nous arrive quelquefois. Laissons parler le Père :

« Je répondrai que si l’imperfection n’était qu’illusion nous n’en souffririons nullement. C’est précisément parce que sa cause est réelle que nous souffrons et si la première est un mal, c’est que l’autre est un bien. La cause est toujours l’opposé de l’effet ; c’est pourquoi celle de l’imperfection n’est autre que la perfection, et celle-ci est bien réelle. Toute erreur n’est que l’effet de la réalité, l’ombre de la perfection ; j’ai révélé que nous ne sommes dans l’incarnation que l’ombre de nous-mêmes.

   La cause de la souffrance n’est pas dans l’imperfection, comme on le croit, au contraire, puisque nous nous y complaisons. Nous ne souffrons que lorsque nous touchons à la réalité, autrement dit la perfection.

   Nous ne pourrions apprécier les choses sans les avoir acquises, nous ne les comprenons que matériellement, l’opposé de la réalité. N’ai-je pas révélé que nous ne prions que pour devenir plus heureux dans notre imperfection ? Et si nous réussissons, nous en remercions DIEU, tandis que nous n’avons fait qu’agrandir cette imperfection ; mais n’oublions-nous pas la loi qui nous enseigne que sans épreuve, il n’est point d’avancement ? Nous ne dirons pas que la cause est de l’illusion, elle est purement réelle, puisqu’elle est DIEU même qui vient démolir peu à peu notre imperfection pour S’établir en nous ; j’ai révélé encore que notre imperfection s’y refuse parce qu’elle ne peut supporter la réalité, DIEU »

     Quelques remarques :

1° tout d’abord un rappel, pour ANTOINE, il y a le monde matériel qu’il appelle « apparent » et le monde spirituel qu’il appelle « réel » ou « la réalité ». Relire notamment le chapitre « REINCARNATION » ;

2° ce chapitre fait partie du « DEVELOPPEMENT DE L’ENSEIGNEMENT ». Le « DEVELOPPEMENT », de même que la brochure « L’UNITIF » avait pour but essentiel de donner des précisions, de revenir avec plus de commentaires ou d’illustrations, de « développer » - c’est le cas de le dire – ce qui figure parfois de façon plus confuse ou plus difficile à comprendre dans la « REVELATION ».

 

 

Les commentaires sont fermés.