24/05/2007

NARCISSISME, NOMBRILISME, CYNISME...

 

LE NARCISSISME.

 

     Selon le dictionnaire HACHETTE, le narcissisme est une « admiration plus ou moins exclusive de sa propre personne » ou « amour morbide de soi-même ».

     On surnomme « narcisse », un « homme exclusivement ou complaisamment attaché à sa propre personne ».

     Dans la mythologie grecque, NARCISSE était un jeune homme d’une grande beauté épris de ses propres traits. Il périt de langueur en contemplant son visage dans l’eau d’un fontaine et fut changé en fleur qui porte son nom.

     On pourrait essayer de donner une interprétation plus proche de notre philosophie. Chaque être humain a tendance à se prendre pour le point de départ, pour l’objet et pour la finalité de tout. Dès lors, on a tendance à émettre des revendications de plus en plus nombreuses et de plus en plus subjectives et personnelles et à s’écarter de tout intérêt pour autrui, pour la vie en société.

     On pourrait dire que c’est une manifestation tout à fait  excessive et dévoyée de la « vue du mal ».

     C’est comme si, pour cesser de voir le mal, on cessait absolument tout regard de quelque nature que ce soit sur autrui. Or, le Père ANTOINE nous enseigne que nous ne pouvons progresser que par l’intermédiaire de notre semblable, que « rien n’est bien s’il n’est solidaire ». Comme NARCISSE, celui qui est atteint de cette pensée perdra sa réincarnation présente : au cours de celle-ci, il n’aura fait qu’accumuler des épreuves supplémentaires. C’est l’équivalent de « périr de langueur en contemplant son propre visage ».

     On pourrait aussi dire que celui qui en est atteint cultive l’idée que le bien et le mal ont une existence bien réelle ( le dualisme, le manichéisme). Il incarne bien sûr le « bien absolu », les autres incarnant le « mal absolu ».

     Le narcissisme est donc une attitude, une conduite stérile pour soi et néfaste pour les autres. Mais il se cache parfois de façon inattendue dans certains comportements.

     Ainsi la vogue du développement personnel. Avoir le souci de soi, de sa personne est évidemment important. Attention cependant : au nom de l’épanouissement personnel on peut en réalité s’enfoncer dans un certain nombrilisme. Le nombrilisme pouvant être une sorte de synonyme du narcissisme. Selon le dictionnaire, le nombrilisme est « l’attitude d’une personne obnubilée par ses propres problèmes ». « Se prendre pour le nombril du monde » signifie « accorder à sa personne une importance excessive, être égocentrique ».

     On a l’art de faire miroiter la découverte de merveilles à l’intérieur de soi-même et exclusivement par soi-même alors que le développement des êtres se forge dans les expériences heureuses et malheureuses de la vie.

     D’accord, toute la sagesse doit aller dans le sens d’un attention à soi mais dans le but d’une meilleure ouverture aux autres, d’une compassion bien réelle avec les autres.

     Le premier combat à mener est celui contre le cynisme. Le cynisme est aussi, en quelque sorte, un sous-produit, une expression du narcissisme. L’homme atteint de narcissisme est tellement beau, bon, parfait, moral, intelligent que son attitude envers autrui, son regard sur autrui ne peut être que cynique. C’est DIOGENE se promenant en plein midi, dans un pays ensoleillé, avec une lanterne à la main et répétant que, désespérément, il cherche un « HOMME » véritable qu’il ne parvient pas à trouver car denrée rarissime !

 

Les commentaires sont fermés.