16/06/2007

Georges BERNANOS: une pensée qui nous ramène à la notion de "péchés capitaux"

 

PENSEE DE Georges BERNANOS

 

« Notre pauvre chair consomme la souffrance comme le plaisir avec la même avidité sans mesure. »

 

Cela signifie que tout est source d’exaltation, d’euphorie. Cela veut dire que tout peut apparaître comme délicieux, que le plaisir et la souffrance sont souvent les deux faces d’une même passion, que la limite à partir de laquelle une passion qui était un plaisir devient une souffrance est difficile à cerner.

Cela signifie que tout objet d’exaltation peut provoquer un manque qui nous pousse  à rechercher un nouvel objet d’exaltation qui, à son tour, aura vite atteint ses limites.

C’est là que les fameux « sept péchés capitaux » trouvent leur origine. Ce n’est pas pour rien que, par un jeu de mots, pour certains, les « péchés capitaux » sont devenus les « péchés capiteux ».

Il s’agit d’un jeu de mots…mais qui cache une profonde vérité !

 

Les commentaires sont fermés.