16/07/2007

UNE DISSIDENCE DE L'ANTOINISME: LE DORISME

Voici un texte de Jacques CECIUS trouvé sur internet ( LIBRE SENS ). Dans son livre " DELIVREZ-NOUS DU MAL ", Robert VIVIER oarle du Père DOR et du Dorisme.

Un pasteur protestant de SERAING a aussi écrit un livre ( introuvable ) où il parle du dorisme. Il y a quelques années, un des derniers exemplaires pouvait encore être consulté ( mais non emporté ) à la Bibliothèque des Chiroux à LIEGE. dans ce livre, ce pasteur considère l'Antoinisme et le Dorisme comme étant le " renouveau du gnosticisme " en Belgique!

Mais il est quasi impossible de trouver trace du dorisme. Il faut donc être reconnaissant à jacques CECIUS d'avoir pu faire ce travail qui nous éclairera. 

 

 

 

Une dissidence de l’antoinisme :
le dorisme

Alors que son oncle, Louis Antoine, pratiquait toujours le spiritisme, un de ses meilleurs médiums, Pierre Dor, son neveu qu’il aimait particulièrement, et qui se sentait la vocation de guérisseur lui aussi, quitta le groupe spirite « Les Vignerons du Seigneur », que dirigeait celui qui, quelques années plus tard, allait créer une nouvelle religion, le Culte antoiniste. Ce ne fut pas une rupture, en ce sens que les relations restèrent bonnes entre l’oncle et le neveu. Plus tard le Père Antoine dira « Il suit son chemin ». Quant au Père Dor il assistera, en 1912, aux funérailles du prophète de Jemeppe-sur-Meuse.

Son chemin va le mener à accompagner un de ses « patients » en Russie. Tout comme le « Maître Philippe de Lyon », dont nous parlerons dans un autre article, il met en pratique ses « dons de guérisseur » et sa réputation croît. A telle enseigne qu’il doit quitter la région, celle d’Ekaterinoslav, pour une bourgade des rives de la mer d’Azov. Attaqué à nouveau il préfère rentrer au pays, et s’établit à Roux-Wilbeauroux, dans le région du Centre, où il fait construire une salle, « L’Ecole Morale » Ayant laissé pousser barbe et cheveux, et s’étant revêtu d’une robe noire, il va dispenser son enseignement spirituel et recevoir les malades.

Contrairement au Père Antoine, il ne se contente pas de prier pour ceux-ci, mais conseille un régime alimentaire strict, à base de légumes cuits à l’eau. Lui-même est d’ailleurs végétalien. Il lui arrive aussi de prescrire des cures d’eau sucrée et des lavements à l’eau salée. Il « opère », ce sont ses propres termes, chaque jour sauf le week end.

Le dimanche il apporte la bonne parole, la sienne, et il donne des
« instructions spéciales » une fois par an, le jour de la Toussaint, et jour de « pèlerinage » pour ses adeptes. Il publie un ouvrage, aujourd’hui introuvable « Le Christ parle à nouveau » dans lequel il ne se présente pas comme un juge, mais comme un consolateur, un sauveur.

Plus tard il émigrera, on ne sait pourquoi, à Uccle, Fort Jaco. C’est là qu’il s’éteindra peu après la dernière ( il est permis d’espérer !) guerre.

Cependant c’est sa doctrine qui nous intéresse.

Comme son oncle il affirme la nécessité de l’épreuve – mais aussi que ce sont nos imperfections qui nous ont placé sur terre, et non Dieu
– que c’est en soi-même qu’il faut chercher les enseignements utiles à la vie spirituelle
– que le spiritisme et toute forme d’occultisme sont choses mauvaises
– que les maladies sont produites par les excès en tous genres
– que la médecine ne traite que les effets de la maladie, mais ne guérit pas
– que c’est en soignant l’âme que lui, le Père, soigne le corps (ce qui peut être considéré comme un pieux mensonge, puisqu’il « prescrit » un régime alimentaire végétalien)
– que Jésus est le fruit de l’adultère, et que Marie était la plus passionnée d’entre les femmes
– que l’épouse doit être soumise à son mari (voir St Paul, épître aux Ephésiens)
– que les êtres les plus passionnés, les plus attachés à la terre, sont les plus vite réincarnés
– que la foi fait partie d’une sorte de fanatisme, que c’est la superstition même, qu’il s’agit d’un fluide matériel qui se marie avec l’âme maladive, peureuse, craintive, paresseuse. Elle est stérile pour ce qui concerne le bien-être réel et durable (ici il est en opposition avec son oncle qui affirmait « Un seul remède peut guérir l’humanité : la Foi »)
– que la notion de Dieu est chose mauvaise, qu’elle empoisonne l’
existence de ceux qui y ont la vraie foi (en lui)
que la vue du mal est la pire des choses (ce que le Père Antoine affirmait également)
–qu’en travaillant sur soi-même on fait du bien à ses proches
– que la bonté active est un défaut par lequel on rend de mauvais services aux gens qui fatalement abuseront de cette charité.

Lors de sa dernière « Instruction de la Toussaint », en 1936, il dira aux fidèles rassemblés « Tout mon travail consiste uniquement à rendre les âmes lucides et fortes. Lucides afin qu’elles voient clair en elles-mêmes, et soient fortes pour vaincre. Sans cela, je ferais fausse route comme tant d’autres qui se sont révélés « Prophète » ou « Sauveur du monde ».

Chose curieuse, le Père Dor bénissait des « mariages moraux », et il y en eut des dizaines, au cours desquels les fiancés promettaient de ne point avoir de relations sexuelles ! Dans plusieurs passages de ses instructions on se rend compte qu’il avait envers l’amour physique une grande méfiance, voire des préjugés obsessionnels.

N’ayant pas créé de structures, de clergé, n’ayant désigné aucun successeur, sa religion, qu’il refusait d’appeler ainsi, le dorisme, disparu avec lui… On n’en trouve plus trace, et le souvenir du Père Dor disparaît avec les plus âgés qui l’ont connu.

Sincère, plus que certainement, le Père Dor mettait néanmoins en danger les malades qui le consultaient, et dénigrant la médecine. D’autres feront de même : Lucien Engrand, fondateur, dans le Pas-de-Calais de la « Religion sans nom », aujourd’hui disparue, la sœur Gaillard, et tant d’autres sur lesquels, un jour peut-être, j’écrirai quelque chose…
Conclusion : la crédulité humaine est incommensurable et n’a pas fini de faire des ravages.

Jacques Cecius, Spa, le 12 avril 2003 complété le 2 juillet 2007

 

 

 

 

Commentaires

simple ouvrier 1932 braine l'alleud belgique j'ai lu et relu son livre des dizaines de fois

Écrit par : vandergheynst | 08/06/2009

"Simple ouvrier 1932" Bonjour.
Vous m'obligeriez en me signalant si vous connaissez ses lieu et date de naissance et de décès.
Merci d'avance.
Salut et Fraternité.
Mon adresse : j.cecius@versateladsl.be

Écrit par : Jacques Cécius | 11/06/2009

Je possède une documentation que je crois unique sur Pierre Dor dit "le Père", j'ai aussi visité son temple à Roux (devenu couvent puis jusqu'à ce jour école).
Et j'ai eu l'occasion de parler (au téléphone) à son petit-fils et homonyme.
Contrairement à vous, j'ai des doutes sur la sincérité du bonhomme, il n'était en tout cas pas désintéressé.

Salut et Fraternité

Écrit par : jean-paul d'haeyer | 01/12/2010

J'ai connu le père Dor

Écrit par : vandergheynst | 27/05/2012

J'ai connu le père Dor

Écrit par : vandergheynst | 27/05/2012

Les commentaires sont fermés.