30/07/2008

L'ANTOINISME EST UN OPTIMISME.

L’ANTOINISME EST UN OPTIMISME.

  Notre monde connaît une accélération du  mouvement. Cela est naturellement perturbant. On pourrait dès lors éprouver le besoin de se replier sur soi, de cultiver ses particularismes. Là se trouve l’origine des phobies ( xénophobie et, terme peu utilisé, hétérophobie ‘’peur panique de tout qui est différent’’). Il est bon de ne pas avoir d'œillères, de respecter, d'écouter les autres  pour mieux les comprendre.

     Etre ouvert à l'autre, c'est ne pas le rejeter. Voir le chapitre « LA CHARITE MORALE » :

 « Attendons-nous à ce qu’un de nos semblables surgisse tout à coup sur notre chemin ; mais ayons bien soin de ne pas y voir le mal, d’y voir plutôt l’instrument de notre progrès ;… »

     Mais cela suffit-il de ne pas sursauter, de ne pas rejeter ? Il ne faut pas non plus craindre d’aller à sa rencontre:qu’il soit croyant en un Dieu ou non ; fidèle d’une foi nourrie du christianisme ou d’une autre conception; adepte du judaïsme, de l’islam, du bouddhisme, d’hindouisme, de bahaïsme ou non ;ou encore animiste, fétichiste ou polythéiste…

    Malgré toutes ces différences, nous devons avoir en commun l’essentiel, le respect de l’autre, le souci de l’Homme, l’amour de l’Homme. C’est ce qui nous rassemble spirituellement.

     Voici, pour nous édifier sur la pensée profonde de l’Antoinisme à ce propos, un extrait du chapitre « TOUT SAVOIR C’EST TOUT AIMER. » :

« Si nous voulons nous pénétrer de l’enseignement, nous saurons que le bonheur auquel l’homme aspire découle de celui qu’il procure à ses frères, que son progrès a une cause solidaire. En travaillant isolément nous ne pouvons nous améliorer parce que nous sommes basés sur l’égoïsme. Ce n’est qu’en s’oubliant pour les autres, même en se privant parfois du nécessaire en faveur de plus malheureux qu’on peut se dire adeptes d’une doctrine qui doit être universelle, sans limites ni remparts. Plus d’adversaires dans ce cas si ce n’est momentanément et faute de se connaître. Pourrait-on renverser celui qui ouvre son cœur au prochain en le traitant en frère ? Non, l’arme levée tombe d’elle-même. Voilà le vrai moyen d’étendre notre enseignement et de jouir du grand bonheur d’aimer réellement. Avoir cette force, ce courage de tendre la main à celui qui se dresse contre nous et pour ainsi dire contre tout le monde, c’est lui offrir le salut, c’est dire : ‘’ Frère, tu vas être plus heureux, tu ne penseras plus comme tu l’as fait jusqu’à présent, tu viendras savourer avec nous le doux fruit de l’amour fraternel.’’ »

     Les Antoinistes ont donc toujours une vision optimiste de l’homme.

 

     Pour eux, l’homme n’est nullement frappé par la malédiction du ‘’ péché originel’’. Une religion de ‘’ Rédemption ‘’ n’est donc pas nécessaire. Le ‘’ péché ‘’ est un comportement moral fautif envers autrui dont il convient de comprendre les motivations, auquel il convient de mettre fin, d’apporter une réparation et de ne pas renouveler. Mais cela ne sépare pas de Dieu puisque, malgré tout Dieu reste en chaque homme. Cela fait partie des ‘’épreuves ‘’à dépasser. C’est simplement le témoignage d’une faiblesse. Les prophètes ( dont JESUS ) sont, chacun,  l’un d’entre nous. Ils témoignent de l’accomplissement humain dans la foi lorsque celle-ci est vécue avec cœur et compréhension. Dieu n’est  pas le gendarme de ce monde : il est Amour (personne ou énergie), il ne condamne personne à la damnation éternelle puisque chaque âme sera , en fait délivrée après un long parcours comprenant d’innombrables réincarnations.

     Voici aussi ce que dit le Père ANTOINE dans le chapitre « LA SOLIDARITE » :

« Quant à croire qu ‘un autre est responsable de notre défaillance, c’est une erreur. Elles sont un témoignage de notre faiblesse et ceux qui nous tentent, plus ou moins inconsciemment, nous rendent le service de nous la révéler. Lorsque nous l’aurons comprise et que nous aurons travaillé à la surmonter, nous cesserons d’incriminer notre semblable et nous verrons en lui plutôt notre bienfaiteur, parce que nous aurons appris par son contact à nous connaître et à nous améliorer. Nous sommes toujours solidaires, à moins de vouloir nous nuire personnellement. Certaines choses nous paraissent parfois un grand mal et sont peut-être  le contraire, un grand  bien. »
 

 

 

25/07/2008

TEMPLE DE JEMEPPE-SUR-MEUSE ( Suite du précédent )

EXPLICATIONS SUR LE PORTAIL DE LA RUE DES TOMBALLES.

 

Jusqu’en 1912, au dessus du portail de la rue des TOMBALLES se trouvait encore l’inscription « LES VIGNERONS DU SEIGNEUR ». Cela est attesté car mentionné dans un article de la GAZETTE DE LIEGE, dans le numéro daté du 01 juillet 1912.

Depuis cette époque, seules subsistent les deux branches de vigne et on a remplacé la référence au groupement spirite « LES VIGNERONS DU SEIGNEUR », par les mots « CULTE ANTOINISTE ». On a laissé subsister la date « 1905 ».

Voilà cet anachronisme expliqué.

18:22 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/07/2008

TEMPLE DE JEMEPPE ( 4102 SERAING ): REFERENCE A LA PERIODE PRE-ANTOINISTE.

L’ENTREE DU TEMPLE DE JEMEPPE-SUR-MEUSE

 ( CÔTE RUE DES TOMBALLES ).

 

Vous trouverez ci-après une photo ( extraite du site du groupement « SAMSARA ».

Il s’agit de la porte d’entrée située rue des TOMBALLES.

Cette porte d’entrée n’est, à ma connaissance, plus utilisée que le 25 juin, jour anniversaire de la désincarnation du Père ANTOINE, vu l’affluence au Temple ledit jour.

Ce qui est remarquable, du point de vue historique, c’est le bandeau figurant au-dessus de la porte : on y trouve la date « 1905 » et l’inscription « CULTE ANTOINISTE », sans doute ajoutée puisque la révélation antoiniste ne commença qu’en 1906.

En 1905, ANTOINE adhérait toujours à la Fédération Spirite et animait un groupe intitulé «  LES VIGNERONS DU SEIGNEUR ».

Le bandeau dont nous parlons fait d’ailleurs référence à ce groupement car y sont représentés des sarments de vigne et des grappes de raisin.

JEMEPPE CÔTE

20:19 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19/07/2008

TEMPLE DE JEMEPPE: STRUCTURE.

Le Temple de JEMEPPE-SUR-MEUSE, bien que construit tôt dans le siècle, présente toutes les caratéristiques architecturales de l'Art Nouveau ( légéreté, utilisation du métal, volutes...)

dscn1025

17:58 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/07/2008

LE TEMPS ET L'ETERNITE.

LE TEMPS ET L’ETERNITE.

 

     Voici un extrait du chapitre « NOUS SOMMES TOUS DES DIEUX » :

« Tout ce qui existe est éternel, rien n’a       commencé ni rien ne finira, la création l’est également. On pourrait se demander où est la justice, puisque d’autres êtres ont pu jouir du véritable bonheur des milliards d’années avant nous. Mais nous ne devons pas ignorer que le temps et la distance n’existent que matériellement, tout ce qui est réel, est éternel, c’est-à-dire que le passé et l’avenir sont le présent. Rien ne tient de place dans l’univers ; l’amour n’y diminue pas, la vie qui en est la conséquence pas davantage, rien ne s’agrandit ni ne s’amoindrit. »

     Nous trouvons, en fait, ici, une ébauche d’étude philosophique, avec des mots simples, sur les notions de temps, d’éternité, de l’absorption du temps dans l’éternité…

    Cela peut, peut-être , être rapproché d’un texte de René NELLI sur le même sujet. Bien que l’approche de NELLI soit beaucoup plus sophistiquée et, il faut bien le regretter, guère abordable :

« J’appelle temps la mesure de la corruption universelle. Il est le mouvement de ce qui existe, à l’intérieur du Passé, ou, si l’on préfère, la désagrégation, toujours au passé, de l’existence. Le temps peut pas s ‘échapper du prétérit. Le futur qui va devenir du passé a toujours été du passé. C’est pourquoi l’on ne peut que se constater dans ce qu’on est devenu, et l’on est toujours donné à soi-même dans ce qu’on n’est plus. …

   Bien qu’il soit aussitôt happé par le passé, l’instant est perpétuel franchissement. En ce qu’il permet une échappée « verticale » dans l’imaginaire sans dimension, il est libérateur. Il peut se dilater à l’infini sans interrompre la fuite « horizontale » du temps mesurable qu’il survole et laisse passer, comme l’arche d’un pont laisse couler la rivière. »

 

09/07/2008

MUR DU FOND DES TEMPLES.

Des deux exemples repris ci-dessous, on peut voir une différence entre les temples:

la mention " L'ENSEIGNEMENT DU PERE, C'EST L'ENSEIGNEMENT DU CHRIST REVELE A CETTE EPOQUE PAR LA FOI" A été rempacée, en BELGIQUE, par une simple annonce des offices.

Bien que, dans certains temples, cela susistait encore il y a quelques années, mais de moins en moins. On peut aussi voir la différence entre les temples "avec photos" et les temples "sans photos".

09:38 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

TEMPLE ANTOINISTE DE JEMEPPE: MUR DU FOND

dscn1032

09:32 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/07/2008

TEMPLE ANTOINISTE DE PARIS ( PASSAGE ROUX )

dscn0439

 

dscn0441

19:44 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

04/07/2008

TEMPLE ANTOINISTE DE MONTEGNEE: TRACT DISTRIBUE EN 1978

TRACT DISTRIBUE AU TEMPLE DE MONTEGNEE

EN 1978.

Chers frères et soeurs,

     Parmi les personnes qui viennent chercher un peu de réconfort au Temple, beauciup souffrent de dépression nerveuse, d'autres se découragent et sont accablés patr leur vie matérielle.

     Dans son ENSEIGNEMENT, comme dans tous les grands Enseignements, le Pèer nous dit et nous répète que DIEU est en nous et nous le croyons sans toutefois nous y arrêter. Cependant, là est la solution à tous nos problèmes, le remède à tous nos maux. Par LUI, qui est en nous, nous pouvons tout.

     "Croire qu'un autre DIEU pourrait faire ce qui nous est impossible serait désapprouver la révélation de la puissance de la FOI, dire que les prophètes qui l'ont enseignée sont faux"

     Ce qui nous fait souffrir, c'est le manque de confiance en nous, dans les autres et par conséquent en DIEU. si nous nous en remettions à LUI pour tout, si nous nous laissions diriger par LUI sans LUI fermer la porte par notre intelligence qu "foule aux pieds la conscience"", nous arriverions toujours à mener à bien toutes nos entreprises.

     Ce manque de confiance suscite en nous la peur, l'angoisse et nous doutons de tout et ce doute provoque toutes sortes de pensées qui nous accablent, nous terrassent.

     Dans ces moments de grande détresse, nous ne devons plus lutter mais bien nous réfugier auprès de DIEU, de notre Père intérieur: LUI seul peut nous aider, nous délivrer de nos souffrances. Pensons qu'il est là dans notre coeur, ouvrons-LUI toutes grandes les portes.

     Lorsqu'une chose nous tracasse, confions-la au PERE, ne cherchons pas une solution avec notre intelligence, n'y pensons plus et bientôt elle se résoudra, nous semble-t-il, d'elle-même et cela nous paraîtra tout simple. Mais pour cela, il faut faire confiance, pleinement, entièrement, nous dire que: "Nosq souffrances n'ont toutes qu'une seule et même cause, le doute qui nous montre par la vue du mal, tout opposé à la réalité."

20:26 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

02/07/2008

JEMEPPE DANS L'ATTENTE DE L'ENTERREMENT DU PERE.

LA DESINCARNATION NDU PERE ANTOINE :

L’UNITIF DU MOIS D’AOÛT 1912

 

     Dans le numéro d’août 1912, L’UNITIF relate également l’atmosphère qui a régné à JEMEPPE pendant les quelques jours qui ont précédé son enterrement :

« Pendant toute cette semaine sainte des groupes recueillis ne cessèrent de contempler le visage sacré dont le regard si bon les pénétrait d’une joie incompréhensible et bon sentait que le souvenir de cette scène serait en eux inoubliable comme celui des grands bienfaits que tous avaient reçus dans ce Temple, de leur Sauveur. Ainsi le fluide opérait et il n’y avait rien de changé. Le jour même de la désincarnation du Père, Mère vint opérer en son nom à dix heures et loin d’être impressionnée comme beaucoup de personnes l’étaient par la présence du défunt, elle anéantit ces pensées de doute, réconfortant l’assistance du même fluide éthéré qu’auparavant. Les dernières paroles du Père lues à la fin de l’opération raffermirent encore les cœurs et les rassurèrent sur l’avenir. Les jours suivants, les malades arrivèrent tout aussi nombreux et obtinrent satisfaction. Pour la remplacer dans le Temple, mère a désigné le frère DEREGNAUCOURT dont de dévouement ne s’est pas un instant démenti depuis le jour où il a commencé à pratiquer les Enseignements du Père. »

17:47 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |