30/09/2008

LA QUESTION DU POUVOIR.

POUVOIR: CAPACITE OU PUISSANCE ?


Il y a deux sens au mot « pouvoir »: « pouvoir » dans le sens de « capacité » ou « pouvoir » dans le sens de « puissance ». On retrouve là, en fait la différence entre « être » et « paraître ». Tout pouvoir n’est pas condamnable, ainsi la capacité de faire telle ou telle chose, de se comporter de telle ou telle façon, c'est-à-dire la tension personnelle vers la réalisation de cette capacité.

 

En revanche, le pouvoir entendu dans le sens de puissance ou de recherche de « puissance », du culte de la « puissance » est certes plus contestable.

Nous devons certainement tous nous méfier de cette espèce d’attraction, de fascination du pouvoir qui veut que nous recherchions en lui une espèce de reconnaissance.

Nous vivons plus que jamais dans une société du paraître. La tentation peut être forte de croire que le pouvoir, donné par exemple par une fonction sociale élevée, va accroître la reconnaissance par les autres.

 

La vraie reconnaissance vient de ce que l'on est et non par le paraître ou par le pouvoir que l'on peut exercer sur autrui. Ainsi, dans le chapitre « ÊTRE OU PARAÎTRE », nous trouvons: 

« Ce n'est pas le monde qui change, c'est nous qui changeons; à mesure que l'homme avance en âge, il passe par des filières d'épuration; il y acquiert de l'expérience et apprécie autrement les choses. Le bonheur qu'il cherche au milieu des fêtes et des réunions est bien fugitif; il s'y plait aujourd'hui tout en pensant que demain il n'en sera plus de même, qu'il devra reprendre le dur travail, y déployer toute son énergie et souffrir pour regagner le temps perdu et l'agrément dépensé. Il en est tout autrement lorsque l'homme aborde la question morale; il découvre que le bonheur ne réside pas dans la satisfaction d'une faiblesse, mais au sein du travail qu'il effectue pour la surmonter parce qu'il sait combien elle est nuisible. »

 

Le pouvoir exercé ou recherché ou adoré pour se mettre en valeur n'est qu'illusion: il se perdra très vite. Le pouvoir véritable ne peut se fonder que sur une compétence reconnue exercée avec humilité. Il ne vient jamais d’un titre, d’une fonction. On peut, ici, faire référence à un passage du chapitre « DES DIVERSES DIRECTIONS DE LA VIE ET DU BONHEUR »: A un adepte qui demande:

 

« Père, un ouvrier qui s'est distingué dans un atelier, est appelé à une situation plus importante. Mais il veut pratiquer la morale; s'il a l'intention de ne pas se laisser dominer par la matière, doit-il refuser l'avantage qu'on lui offre ? »

 

Le Père ANTOINE répond: 

 

« Ma réponse pourrait différer à cette question suivant l'importance que cet ouvrier attache à son avenir et la pensée qui lui fait viser cet emploi. S'il a l'intention d'être utile autant moralement que moralement que matériellement, dans tout ce qui dépendra de sa besogne, s'il veut se former tout en aidant à s'améliorer ceux qui l'entourent; cet avancement sera pour lui un avantage; il ne doit pas ignorer qu'en se laissant tenter par son personnel, composé de forts et de faibles, cette place lui donnera de l'inquiétude, il en souffrira autant moralement que physiquement. Il est vrai que s'il sait s'y prendre, il pourra assimiler ses fluides aux leurs. Son développement moral lui facilitera beaucoup sa tâche, le chemin sera comme aplani par sa douceur, son affabilité et sa justice; il n'accordera pas à un ouvrier le salaire qu'il ne mérite pas, mais il encouragera son personnel par de bons conseils plutôt que par la menace. »

 

Et, plus loin: 

 

« Agréons toujours ces emplois quand ils sont dus à notre mérite... »

 

Comme, j'ai trouvé dans un texte dont je ne retrouve plus la référence:

 

« Le pouvoir ne peut trouver justification que lorsqu’il est exercé au service de l’autre ; lorsqu’il est demandé et reconnu comme indispensable à l’harmonie d’un ensemble. Il demande écoute. Le chef d'orchestre qui n’écoute pas bien ses musiciens crée vite la cacophonie ! C’est sans doute cela qui fait que nos politiciens n’ont plus la confiance et la reconnaissance. »

 

10:57 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.