31/10/2008

SUR L'UTILITE DES SERMONS ( Citation de SCHOPENHAUER )

" Vouloir corriger les défauts de caractère

d'un homme par les sermons de morale

est aussi chimérique que de forcer un chêne

à donner  des abricots "

( SCHOPENHAUER )



20:12 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/10/2008

LA RAISON DES " RETOURS SUR TERRE"

LA RAISON DES " RETOURS SUR TERRE".

Quand l'ANTOINISME parle de "retours sur terre", il  ne s'agit pas, bien sûr, de "résurrections", ni de retours d'entités bienfaitrices ou vengeresses ( les "fantômes" ), mais des réincarnations.

Il faut bien comprendre la raison de ces "retours sur terre" et des épreuves subies par nous-mêmes ou que nous voyons subir autour de nous.

Nous pouvons arriver à ne plus commettre d'erreurs en un minimum d'existences, d'incarnations ou, au contraire, en une quantité interminables d'incarnations qui ne sont que la suite logique l'une de l'autre.

Ce que nous n'avons pas su faire ou pu faire au cours d'une incarnation, nous aurons la possibilité de le faire au cours de la suivante. Mais ce ne sera qu'une possibilité, une chance offerte: à nous de le savoir, de bien s'en pénétrer.

Libre à nous donc d'agir pour nous libérer rapidement ou de nous charger davantage d'épreuves.

09:09 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/10/2008

L'AMOUR VRAI.

POUR AIMER IL FAUT L'AMOUR VRAI.

Ci après, vous trouverez un extrait du chapitre " LE DEVOIR IMPOSE LA PRATIQUE DES LOIS MORALES ":

"Pour aimer il faut l'amour vrai. En famille nous croyons l'avoir déjà, car père et mère croient chérir leurs enfants plus qu'eux-mêmes et réciproquement. Si peu que l'un d'eux se plaigne, le cpoeur des parents palpite; ils consentiraient aux plus grands sacrifices pour le vopir toujours affectueux et satisfait. Si un autre s'en approcahit et paraissait lui manquer, ils auraient parfois pour lui autant de brutalité que d'égards pour le leur; quoique celui-ci puisse avoir les plus grands torts, ils ne voient la justice que du côté de leurs affections."

Il s'agit de la pure description du comportement commun qui paraît généralement le meilleur. Tout de suite, le Père met en garde:

"Cependant il est une réalité, c'est que celui qui aime ne cesse jamais d'aimer. Avoir trop d'inclination pour l'un et haïr l'autre, ce n'est pas montrer que l'on possède de l'amour.Sans doute il n'est guère possible de jouir pleinement ici-bas de ce sentiment pur et divin, mais la ârcelle que l'on peut acquérir permet déjà de beaucoup aimer et empêche d'éprouver la moindre aversion, même contre ceux qui se déclarent nos adversaires. Distinguer entre les uns et les autres, c'est signe que nous n'avons pas encore l'amour vrai qui ne s'acquiert qu'en surmontant insensiblement celui qui en est l'opposé."

09:12 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/10/2008

Y-A-T-IL DE PETITES ET DE GRANDES EPREUVES ?

Y-A-T-IL DE PETITES ET DE GRANDES EPREUVES ?

Y-a-t-il de petites et de grandes épreuves ? Certes non, c'est uniquement l'importance subjective que nous y attachons qui fait sa force, sa puissance, sa grandeur: la souffrance que nous subissons est fonction de cette importance.

Il faut tirer la leçon de nos épreuves afin de faire un petit pas en avant.Ces épreuves nous seront bénéfiques si nous le voulons sincérement.




16:19 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/10/2008

CONVIVIALITE ET SOLIDARITE.

CONVIVIALITE

ET

SOLIDARITE.

La convivialité est le début de la solidarité. Elle est à la base de la solidarité.

Toutefois la solidarité ne saurait pas se réduire à la simple convivialité.

Elle partagent ensemble trois qualités:

  • une relation ne peut se baser sur le fait de donner des leçons;
  • une relation doit exclure toute arrogance, tout sentiment de supériorité;
  • une relation doit se baser sur un don fait sans esprit de retour.



14:40 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/10/2008

SOMMES-NOUS PORTEURS DE TOUS LES PECHES DU MONDE ?

SOMMES-NOUS PORTEURS DE TOUS LES PECHES DU MONDE ?

Revoici, en fait, l'éternelle question du péché originel, de la marque infamante appliquée à chaque être humain lors de la naissance.

Faut-il admettre que tous les péchés du monde sont en chacun de nous ? Non, loin de là ! Nous sommes simplement imparfaits, sans plus: cessons de nous accabler sans raison.

Mais, on l'a déjà dit, changer d'un coup et devenir tout de suite parfait est quasi impossible.

Supposons que nous ayons une tonne de pierres à transporter d'un endroit à un autre et que nous ne disposions que nos deux mains pour le faire, si nous voulons tout prendre en une seule fois, ce sera impossible. Il nous faudra faire le transport petit à petit. Alors seulement nous y arriverons.

Il nous faudra un certain temps en fonction de notre constance au travail. Il en va de même pour notre changement moral: la réalisation de notre être réel dit se faire étape par étape selon nos possibilités actuelles.

Pour le progrès moral, une étape est un supplément de "savoir" qu'il nous faut  mettre de suite en pratique. N'essayons pas de parcourir plusieurs étapes d'un seul coup. N'attendons pas non plus d'en avoir trop en retard.

Il est loin d'être aisé de mettre notre "savoir" en pratique. Le comprendre, l'admettre et le vouloir est une chose mais le réaliser en est une autre, beaucoup plus compliquée: il y a tellement à démolir en nous pour pouvoir reconstruire dans le bon sens.

Nous sommes encore trop imparfaits de par notre nature ancrée depuis si longtemps dans la matière. Cet ancrage est d'autant plus persistant par l'importance que depuis toujours nous lui avons attribuée.

Là réside le problème humain et non dans une marque indélébile qui nous rend porteurs, virtuels, de tous les péchés du monde.

Le Père ANTOINE, dans le chapitre " LE VRAI BONHEUR NE RESULTE QUE DU MALHEUR " fait un sort à cette idée de péché originel:

" Notre imperfection nous porte à croire que la cause de nos souffrances résulte de ce que nos premiers parents auraient péché. Je dois vous dire que c'est là une fausse interprétation..."

Et,aussi, plus loin:

" Rendons-lui hommage ( à ADAM ), ne parlons plus de sa défaillance, bénissons-le plutôt de notre délivrance. "


17:49 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2008

LA PERTE DU SACRE ( Citation de Carme RIERA )

LA PERTE DU SACRE.

" La perte du sacré au profit du règne de la consommation ne semble pas avoir beaucoup amélioré la condition humaine ni lui avoir accordé plus de liberté ou de pouvoir. Nous sommes toujours des créatures dépendantes. Non plus de DIEU, mais des produits d'un marché. Les nouveaux clercs prêchent sans répit et sans trêve que le seul chemin possible vers le salut terrestre, le bonheur immédiat, passe par la possession de certains biens."

( Carme RIERA dans " La moitié de l'âme" )