26/12/2008

ÊTRE OU AVOIR: INTELLIGENCE OU CONSCIENCE.

SE TROUVER DANS L'ÊTRE ET NON DANS L'AVOIR.

Vieux problème souvent rencontré, d'une façon ou d'une autre dans les chapitres de l'Enseignement Antoiniste. Parfois d'une façon indirecte ou découvert suite à une lecture au second degré.

Il faut, bien sûr, considérer que « l'être »est à considérer comme ce qui est de la nature des chose, de la nature de la vie: la vie, l'être humain et ses activités, spirituelles, intellectuelles et sociales vécues de façon non dénaturée. Quand l'homme préfère « l'avoir , cela veut dire qu'il se laisse diriger par son intelligence, par son intérêt matériel ou son intérêt de jouissance.

Dans le chapitre « L'ARBRE DE L SCIENCE DU BIEN », le Père ANTOINE lance un cri d'alarme. Pour bien comprendre la justesse de la leçon, il faut se rappeler du contexte de l'époque ( entre 1906 et 1912 ).Voici l'extrait en question: 

« Quand nous voudrons examiner consciencieusement les effets de notre intelligence, nous reconnaîtrons que ce sont nos caprices et nos vices qui nous divisent, proportionnément à son développement. Mais elle se refuse à nous montrer notre esclavage, elle nous porte, au contraire, à nous croire plus heureux que d'autres qui sembleraient moins intelligents que nous. J'ai dit que cette faculté ne sait rien supporter de ce qui est réel, elle nous tente sans cesse à le falsifier. »

C'est ici que le Père ANTOINE devient, hélas, prophétique: 

« Elle est son propre ennemi puisqu'elle s'ingénie à dénaturer même les aliments. C'est là qu'elle se prépare la majeure partie de ses souffrances, car les mets excitants provoquent des excès détraquant l'organisme. Nous en déduisons que notre intelligence nous conduit à la gourmandise, à l'avarice, à l'égoïsme. Ah! Si nous pouvions comprendre combien nous vivrions plus heureux en respectant la nature de toute chose! La faim et la soif redeviendraient alors également naturelles; c'est seulement lorsque nous serons arrivés à ce point que nous serons convaincus que le développement de notre intelligence s'effectue au détriment de notre avancement moral si nous lui obéissons et la suivons dans le chemin qu'elle prétend être celui du bonheur. Quand nous pourrons reconnaître ses abus, nous nous efforcerons beaucoup plus courageusement de recourir, pour notre subsistance, à tout ce qui est naturel et d'autant plus que nous aurons eu le plaisir de le falsifier. Ne sommes-nous pas souvent indisposés, sans appétit, lorsque notre coeur est surchargé de produits frelatés, très malsains ? »

Ceci, je le répète, date du début du siècle dernier: cent ans !Ces propos ne suscitaient que la risée !On ne peut même pas dire qu'ils étaient prophétiques. La falsification de la nature a atteint un niveau bien supérieur à ce que le Père ANTOINE pouvait s'imaginer.

Question falsification de la nature, depuis que l'homme est apparu, il a détruit 50% des forêts; s'il les replantait, le réchauffement climatique serait enrayé.

Plus d'un million d'espèces vivantes pourraient être menacées d'extermination par les effets du réchauffement climatique. Les gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère provoquent un réchauffement global qui pourrait dépasser en 2100 toit ce que la Terre a connu depuis 40 millions d'années. S'il y a 50% de chances pour que la température augmente de 5° dans 100 ans, des millions de gens mourront, des espèces disparaîtront.

Et, ici, pas de hasard, dans ces phénomènes, on voit clairement la main de l'humanité et sa volonté de falsifier la nature.

Il ne faut pas craindre d'actualiser l'Enseignement Antoiniste. A la lecture de tels textes, il faut chaque fois se reporter à l'époque puis revenir à notre époque et faire un effort de conscience. Qu'aurait pu dire le Père ANTOINE ?C'est le choix à faire entre l'être et l'avoir. Il suffit aussi, simplement, de méditer le Neuvième Principe: 

« Tachez de vous pénétrer que la moindre souffrance est due à votre intelligence qui veut toujours plus posséder; elle se fait un piédestal de la clémence, en voulant que tout lui soit subordonné. »

Décidément, l'ENSEIGNEMENT est toujours plein de ressources.

 

18:27 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.