02/04/2009

" RECIPROCITE":PENSEE DE Jean - Paul SARTRE.

LA RUPTURE DE LA RECIPROCITE.

( PENSEE DE JEAN – PAUL SARTRE )

Cela paraîtra sans doute étonnant pour certains de trouver ici une pensée de Jean – Paul SARTRE, celui-ci étant un athée convaincu.

 

Mais, comme le dit le Père ANTOINE dans le chapitre « LE MATERIALISTE, LE FANATIQUE ET LE VRAI CROYANT »:

 

«  La preuve que nous nous dirigeons suivant notre nature, c'est qu'on ne voit souvent aucune distinction entre les actes du croyant et du non-croyant; celui-ci peut avoir mérité des fluides plus éthérés et agir plus honnêtement que le premier qui témoigne ainsi de son manque de foi. Nous savons en effet que la meilleure façon de propager une doctrine, c'est de la pratiquer; par elle-même elle n'est rien, sa force n'est que dans l'exemple. Le matérialiste n'étant pas convaincu de sa manière de voir, proclame la matière en la revêtant de la morale... »

 

Mais revenons à l'extrait de Jean – Paul SARTRE: 

 

« Dans la réciprocité modifiée par la rareté, l'autre nous apparaît comme le contre-homme en tant que ce même homme apparaît comme radicalement AUTRE. C'est-à-dire porteur pour nous d'une menace de mort. Ou si l'on veut: nous comprenons en gros ses fins – ce sont les nôtres; ses moyens – nous avons les mêmes; mais nous les comprenons comme si c'étaient les caractères d'une autre espèce, notre double démoniaque. »

 

SARTRE parle de « réciprocité ». ANTOINE, lui, préfère parler de solidarité et de « vue du mal ».

 

Dans le chapitre «  LE MATERIALISTE, LE FANATIQUE ET LE VRAI CROYANT », il dit aussi parlant encore des matérialistes: 

 

« Cependant nul n'a le droit de critiquer les adeptes d'une telle doctrine. Ils agissent bien naturellement, ils possèdent la faculté commune à tous les hommes, appelée la conscience, faculté naturelle d'essence divine qui, en se développant, rend l'esprit plus sensible au bien et au mal. C'est celle-ci qui les empêche d'abdiquer la morale pour revendiquer les idées purement matérielles et y conformer leurs actes, qui leur dit: '' C'est moi qui suis votre DIEU et votre maître. Rapprochez votre raisonnement de l'obéissance et du respect que vous désirez me témoigner. Il me suffit de vous éclairer sans chercher à vous convaincre, car il est plus grand et plus méritoire de vouloir être honnête en refusant de croire en DIEU que de croire en Lui et de prétendre Le servir, tout en restant dans les ténèbres.''

19:44 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.