29/07/2009

NE PLUS CRAINDRE L'INSTANT DE LA MORT MATERIELLE.

IL NE FAUT PLUS CRAINDRE L'INSTANT DE LA MORT MATERIELLE.

Vous lisez bien. Ce n'est pas "Il ne faut plus craindre la mort matérielle" mais "l'instant de la mort matérielle". En effet, c'est souvent ce passage qui est redouté. Ce passage, c'est le moment où l'on va abandonner tout ce qu'on a accumulé pendant cette incarnation, la famille, les proches, les souvenirs, la mémoire...Bref, c'est l'intéressement aux choses matérielles qui nous fait redouter cet instant. Nous nous accrochons au corps matériel et à tous ses attributs.

Mais puisque ce corps venu du néant y retourne sans espoir de retour devons-nous le regretter. Devons-nous vouer un culte à nos disparus ?

Pourquoi se lamenter sur notre sort qui est inscrit dès la naissance et qui celui de tous les incarnés ?

Ne craignons plus l'instant de la mort matérielle et ne nous culpabilisons pas davantage au sujet de nos expériences passées. Celles-ci n'étaient rien d'autre que des épreuves nécessaires comme tout le monde en passe.

Si nous ne sommes encore que sur un échelon intermédiaire de l'échelle du progrès, n'ayons aucune crainte, notre esprit se réincarnera dans un nouveau corps et aura la possibilité de poursuivre sa progression.

Cette progression se poursuivra  jusqu'à ce que, lors d'une mort matérielle, lorsqu'une incarnation future prendra fin, notre âme arrivera à rejoindre DIEU, dans son Amour infini, en nous fondant en Lui.

Cela marquera la fin des réincarantions de notre âme.Relisons quelques passages de l'ENSEIGNEMENT du Père ANTOINE. Tout d'abord le chapitre "REINCARNATION":

" Nous croyons qu'à la mort les âmes quittent le monde et vont dans l'au-delà et l'au-delà est ici. L'âme imparfaite reste incarnée jusqu'à ce qu'elle ait surmonté son imperfection. chaque existence est la conséquence de la précédente et elle détermine celle qui lui succède par l'épreuve subie et par d'autres contractées à son insu. avant de quitter le corps qui se meurt, l'âme s'en est préparé un autre pour se réincarner. Ne nous imaginons pas quà la mort, elle va dans l'espace, il n'en est pas ainsi."

Et, dans le chapitre "INTELLIGENCE":

" Nous avons révélé que tout être est entouré d'une atmosphère, composée de fluides de diverses catégories, qu'il a acquis par le travail intellectuel. Ce sont ces multiples connaissances qui constituent la richesse de son intelligence, laquelle forme sa mémoire, car l'intelligence n'est autre que le faisceau de molécules que nous appelons cerveau. Lorsque l'être se désincarne, ces molécules se désagrègent, se dispersent et retourenent à leur source. Par conséquent tout ce qu'il s'était acquis matériellement n'existe plus pour lui, il ne lui reste plus que l'instrument, l'embryon de la matière, conséquence du doute, avec laquel il pourra, dans l'incarnation suivante, acquérir de nouvelles connaissances avec d'autant plus de facilité qu'il s'est dévoué davantage dans la précédente."

Encore une fois, on en revient donc toujours à cette notion de choix à effectuer. Choix qui se résume toujours à " veut-on progresser ?" ou " par paresse, préfère-t-on stagner ?" Le Père aborde cette question plus loin, dans le même chapitre:

" Libre à nous de nous améliorer, de surmonter notre imperfection pour nous acquérir les vertus, si ne nous ne voulons plus nous réincarner. Celui qui croit à la réincarnation peut facilement se faire une idée de l'intelligence; mais les autres aussi, par leur sincérité, parviendront à se pénétrer de cet enseignement."



19:17 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.