24/08/2009

PRENDRE AUTRUI EN CONIDERATION ( Pensée de Joseph O'NEILL)

TOUJOURS PRENDRE AUTRUI EN CONSIDERATION.

Le hasard fait apparemment bien les choses. Alors que  je suis  occupé, depuis un certain temps à faire des recherches sur la "vue du mal", sur les relations avec autrui, je suis tombé sur une interview d'un romancier américain (Joseph O'NEILL).

Interrogé sur un sujet tout à fait étranger à la philosophie, celui-ci ne peut apparemment pas s'empêcher de philosopher. Voici, parmi deux pages , le texte que j'ai trouvé:

"C'est l'un des plus grands défis de la vie moderne: ce devoir que nous avons désormais de prendre l'autre en considération, de réfléchir au type de relations  que nous aurons avec  cet autre auquel nous sommes sans cesse confontés. On peut le faire dans la peur ou a colère, ou 'une façon plus raisonnable et positive."

C'est un véritable éblouissement: voici, synthétisé par un esprit brillant, bien loin de notre ENSEIGNEMENT ( dont il ignore d'ailleurs même l'existence )  la pensée profonde de la  révélation du Père ANTOINE.

Il serait fastidieux de  faire ici le répertoire de tous les passages de l'ENSEIGNEMENT antoiniste  où l'on retrouve cette pensée.

Je pense  quand même  aux  1°,3°,4°,5°,7°,et 10° principes et à quelques chapitres  "LA CHARITE BIEN COMPRISE", "LA SOLIDARITE", "LA FOI ET LA CHARITE", "LA CHARITE MORALE", "TOUT SAVOIR C'EST TOUT AIMER", "L'EFFICACITE DES LOIS MORALES", "LA LOI HUMAINE COMPAREE AVEC LA LOI DE LA CONSCIENCE", et bien d'autres encore...

Mais, au  moment de terminer cet article, je découvre  dans ma documentation, presque par hasard toujours, une pensée dont j'avais un  jour pris  note. Elle est de quelqu'un  qui est pour moi un inconnu ( Geert VERHELST) . Elle fait curieusement écho à tout ce qui précède:

"Le monde serait plus beau si chacun se consacrait de façon désintéressée à l'autre. Si chacun dispersait autour de lui chaleur, gentillesse et amour, sans rien attendre en retour".

Ce n'est rien d'autre, au fond, que notre quatrième principe. Qui doute encore de l'actualité  et de l'universalité de l'Antoinisme ?

 

 

23/08/2009

AUTRUI EST NOTRE MIROIR.

POURQUOI AUTRUI NOUS FAIT-IL IMPRESSION ?

Quand on dit que "autrui nous fait une impression", on pourrait mieux dire: "Pourquoi autrui nous fait -il peur ?" ou "Pourquoi autrui nous fait-il horreur ?" ou "Pourquoi autrui nous fait-il envie ?".

La réponse est très simple: parce que nous nous voyons réellement lorsque nous le regardons. S'il nous fait peur, ce n'est que parce que nous avons peur de ce que nous voyons.

Le père ANTOINE l'a très bien compris. Il en parle dans le chapitre "ARBRE DE LA SCIENCE DE LA VUE DU MAL, LE BIEN INTERPRETE L'OPPOSE DE LA REALITE":

"Je ne cesse de le répéter et craindrais même de lasser ceux qui ont déjà compris: nous ne voyons le mal en autrui qu'avec celui qui est en nous, quand nous l'aurons surmonté nous ne le verrons plus en rien. Mais il n'est pas nécessaire d'être arrivé là pour être persuadé de cette vérité: chacun de nous peut s'en rendre compte, les fluides par lesquels elle se manifeste sont là pour l'un comme pour l'autre, toutefois pour les acquérir, il faut prendre la tâche à coeur et non seulement travaillr pour avoir le plaisir d'arrver à une certitude: notre intention doit plutôt être denous améliorer, c'est la seule chose qui nous puisse convaincre de ce qui existe comme de ce qui ne peut exister. Car par notre amélioration nous acquérrons la foi et avec cette vertu plus rien ne nous sera ignoré.

 Si le mal existait, sa nature ne serait pas si variable; sa vue marque notre degré d'évolution et plus en possédons-nous, plus le voyons-nous dans les autre.  Supposez une personne que l'on aime et une autre que l'on hait, ou encore une personne que l'o a beaucoup aimée et que l'on est arrvé à haïr, cette différence de sentiments que l'on éprouve n'inique-t-elle pas déjà que le mal n'est qu'une fausse vue qui résulte seulement de notre manque d'amour ? Même le mal que nous voyons chez quelqu'un que nous aimons et qui n'agit pas selon nos goûts, dépend encore de celui qui est en nous."

 

 

 

 

 

 

 

 

15/08/2009

COLERE, JUGEMENT ET VUE DU MAL ( Sur une pensée d'EPICTETE )

"Lorsque quelqu'un te met en colère,

sache que c'est ton jugement qui te met

en colère."

Epictète

Toujours ce maudit jugement, toujours cette maudite "vue du mal" ! Voyons quelques paroles du Père ANTOINE, dans le chapitre "COMMENT NOUS POURRONS NOUS AMELIORER":

"Ce que nous ne comprenons pas beaucoup c'est la façon dont nous devons agir pour nous améliorer. Nous oublions que c'est à la cause de tout ce qui nous tient dans l'imperfection qu'il nous faut porter le remède. Cependant c'est sur ce point que je reviens le plus souvent, il est même démontré dans plusieurs passages de l'ENSEIGNEMENT et aussi du DEVELOPPEMENT. J'ai dit que nos défauts,tous nos vices et caprices dépendent des fluides qui forment l'atmosphère qui nous entoure. Certains fluides nous rendent doux tandis que d'autres nous énervent et nous exaltent, nous donnent même la plus grande méchanceté. Si c'est à la cause qu'il nous faut remédier pour nous améliorer, ne devrions-nous pas savoir que ce sont tous ces fluides qu'il faut anéantir et remplacer par d'autres plus éthérés qui contiennent d'autant plus d'amour ?"

19:31 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/08/2009

DIEU ET LE LIBRE ARBITRE. ( Au départ d'une pensée de Karl JASPERS )

"Lorsque l'on mutile la liberté de l'homme,

cette liberté que Dieu a créée et qui se rapporte à lui,

on mutile précisément ce par quoi Dieu,

indirectement, s'annonce."

(Karl Jaspers - ext. de Introduction à la philosophie)

Peut être rapproché de l'extrait suivant du chapitre " LOIS DITES DE DIEU":

"Nous avons parlé à diverses reprises des lois de DIEU. Pouvons-nous encore employer cette expression ? Sans doute rien n'existe qui ne soit l'oeuvre de DIEU; mais de quelle manière concilier avec le libre arbitre, des lois qu'Il aurait nettement formulées ? Dans ce cas, aucun homme ne pourrait s'y soustraire.

  Nous devons voir en DIEU plus de bonté et plus d'amour, il n'est pas possible qu'Il ait imposé des conditions pour aller à Lui, sachant que notre faiblesse est incapable de les respecter; imparfaits, matériels comme nous le sommes, nous ne serions pas coupables en les enfreignant. Disons plutôt que DIEU nous a donné la faculté de créer des lois nous-mêmes au fur et à mesure que notre intelligence se développe. Autrefois, la sensibilité nous manquait pour bien analyser ces ne peut enseigner l'algèbre à un enfant qui n'a pas encore étudié les premières notions de l'arithmétique; si l'on nous avait expliqué plus tôt cette question desois divines, on nous aurait éblouis au lieu de nous éclairer..."

 

11:04 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/08/2009

TOUJOURS SUR LE LIBRE ARBITRE.

La notion de "libre arbitre" est fondamentale pour le Père ANTOINE. Il aborde cette question, nous l'avons déjà vu, à dee nombreuses reprises, de façon précise.

Mais il l'aborde aussi, parfois, de façon sous-jacente. On sent que cette notion le préoccupe. Ce qui le préoccupe surtout, c'est d'en faire ressentir l'existence à ses adeptes. Ainsi, au début de la "REVELATION", dans le chapitre "LA SANCTION MORALE":

" DIEU est tout amour, Il ne peut avoir créé le mal. Si le mal existait, il serait l'oeuvre de DIEU, puisque tout est créé par Lui; or dès l'instant qu'Il crée le mal, Il cesse d'être DIEU parce qu'il cesse d'être bon; Lui seul est alors la cause de nos souffrances.

   Mais la preuve de la bonté de DIEU c'est que nous sommes libres de créer les facultés qui peuvent assurer notre bonheur.

   Puisque en vertu de notre libre arbitre, nous pouvons établir des lois nécessaires à notre avancement, à qui nous en prendre, en cas d'échec, si ce n'est à nous-mêmes ?"

18:35 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2009

TEMPLE DE JEMEPPE, LE 15 AOÛT.

LE 15 AOÛT 1910 LE PERE SANCTIFIAIT LE CULTE ANTOINISTE ET CONSACRAIT LE TEMPLE DE JEMEPPE.
CHAQUE ANNEE LE 15 AOÛT A CETTE OCCASION,NOUS NOUS REUNISSONS AU TEMPLE DE JEMEPPE POUR L'OPERATION DE 10 HEURES.

CULTE ANTOINISTE
RUE ROUSSEAU 2
4101 JEMEPPE S/MEUSE.
BELGIQUE

16:22 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2009

LE LIBRE ARBITRE: UN CADEAU, UN DEFI OU UNE CHARGE ?

QUELQUES REFLEXIONS SUR LE LIBRE ARBITRE:

CADEAU, DEFI OU CHARGE ?

Chaque fois que nous demandons de progresser parce que c'est notre désir, pourquoi cela rat-t-il ? Pourquoi un grain de sable vient-il se mêler à notre mécanisme mental ? Pourquoi se présente-t-il sur notre route quelque chose ou quelqu'un qui nous fait dévier, qui fait passer au second plan notre désir moral ?

Que faut-il en penser ? Faut-il maudire ce fameux « libre arbitre » puisque c'est à cause de celui-ci que nous sommes capables de faire des choix ? Et souvent pas toujours le choix le plus judicieux ?

Le « libre arbitre » que l'on nous présente comme un cadeau ne serait-il qu'un faux cadeau ?

Je reprends quelques passages de l'ENSEIGNEMENT dans lesquels le Père ANTOINE traite du « LIBRE ARBITRE ».

Ainsi, ce passage du chapitre « UN DERNIER MOT DE CETTE REVELATION »: 

« Je ne sais comment m'exprimer pour vous persuader de la nécessité du libre arbitre. Nous disons qu'il est une imperfection, en effet, n'est-ce pas parce que nous le désirions que nous sommes ici dans la matière ? Et dire cependant qu'il n'est pas un seul d'entre nous qui ne le recherche comme la plus grande des vertus ! Sans lui, il est vrai, où serions-nous ? Au même point qu'avant de nous créer le séjour matériel; car si nous avons voulu le posséder, c'est afin de pouvoir jouir un jour du vrai bonheur, quand nous serons assis sur la gloire de nos oeuvres. Si nous reconnaissons par notre libre arbitre, avoir commis le mal, n'est-ce pas lui qui aurait fait comprendre le bien ? Si nous eussions été privés du libre arbitre, nous n'aurions pu faire le mal, il est vrai, mais il nous eût été également impossible de connaître le bien; étant simples et ignorants, comment aurions-nous pu progresser ?Avant de venir habiter la terre, nous étions des malheureux comparativement au vrai bonheur. Cependant pour jouir de celui-ci, nous devons surmonter le libre arbitre. Le mal nous faisant connaître le bien, celui-ci à son tour anéantit le mal; mais alors nous ne sommes plus libres, nous ne pouvons plus le faire, notre conscience ne le permet plus. Il faut conclure de tout ceci que dans la spiritualité il y a aussi de l'imperfection, puisque c'est en elle que l'individualité prend naissance; nous devons la surmonter à son tour pour pouvoir goûter le vrai bonheur qui ne réside que dans l'unité absolue de l'ensemble. »

Dans le chapitre « LE VRAI BONHEUR NE RESULTE QUE DU MALHEUR », le Père ANTOINE dit, dans ce petit passage: 

« Nous devons remarquer que l'existence d'ADAM est le tableau de la réalité, le chemin à suivre pour aller vers DIEU. EVE et le serpent représentent l'erreur, l'intelligence qui nous divise; mais si nous nous efforçons d'aimer, nous rentrerons dans l'unité de l'ensemble, au sein de DIEU, où nous jouirons du véritable bonheur que nous ne pouvons apprécier sans les vicissitudes que suscite notre libre arbitre ».

Voilà l'explication. Raisonnons sur la cause de nos ratés, de nos difficultés, de nos épreuves ( des « vicissitudes » )et nous comprendrons. Dans le cinquième principe, il est révélé que la Providence place toujours sur notre chemin des êtres susceptibles de vous venir en aide par le seul fait qu'ils constituent un obstacle, justement.

On pourrait croire que le « libre arbitre » n'est là que pour nous retarder dans le progrès. Il n'en est pas ainsi. On ne nous empêche pas de progresser. Nous ne devons pas considérer les épreuves comme des injustices. La preuve que ces épreuves nous sont salutaires, c'est qu'elles nous font souffrir. Cette souffrance est la preuve de notre désir de progrès. Ce désir de progrès sera, finalement, le plus fort.

Relisons ensemble la conclusion du chapitre « LE LIBRE ARBITRE »: 

« Tel est le contrôle du libre arbitre, déduisant le mal du bien, l'erreur de la vérité. C'est ainsi que nous concevons les termes de comparaison et que nous entreprenons tous le chemin du progrès. Nous sommes tous des ADAM, nous avons tous subi cet examen. Je l'ai déjà révélé: si DIEU avait établi des lois pour aller à Lui, elles seraient obligatoires, nous ne pourrions nous en dispenser; nous serions redevables à DIEU de notre bonheur puisque à Lui seul en reviendrait le mérite. »

Le libre arbitre nous octroie une force et un potentiel énormes. Cependant, si on ne réalise pas qu'on dispose de cette force, on ne peut l'exploiter.

Mais, dans les épreuves, il faut toujours garder la foi. A ce propos, dans le chapitre « LA LOI HUMAINE COMPAREE A LA LOI DE LA CONSCIENCE », le Père ANTOINE ne nous dit-il pas:

« La foi annule toute loi que nous impose la matière, notre imperfection de laquelle nous sommes l'esclave. »

 

18:38 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/08/2009

CULTE ANTOINISTE EN FRANCE: SITUATION ADMINISTRATIVE.

Le Culte Antoiniste est dirigé par le Collège des Desservants responsable de la question spirituelle, tandis que le Conseil d'Administration gère l'aspect matériel du Culte.
Une attestation de la Préfecture de Paris, Direction de l'Administration, Bueau des élections et des groupements associatifs, Section des groupements associatifs, 50 avenue Daumesnil 75915 PARIS Cédex04,en date du 19 juin 2009 stipule :
Je soussigné, Godefroy LISSANDRE, chef du bureau des élections et des groupements associatifs de la Préfecture de Paris, certifie que l'association dite "Culte Antoiniste", dont le siège social est à Paris (19è) 49 rue du Pré Saint-Gervais, est une association déclarée conformément à la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d'association et à la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat, et a pour objet exclusif l'exercice d'un culte."

14:03 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/08/2009

LE MONDE EST UN MIROIR.

 

 

LE MONDE EST UN MIROIR.

 

L'absence d'amour, de respect et de compassion pour les autres ramène au manque d'amour, de respect et de compassion pour soi-même: le monde est un miroir. Mais attention, ce n'est pas un miroir pour s'admirer, mais un miroir pour se découvrir tel qu'on est.

Aussi « efforcez-vous d'aimer celui que vous croyez être votre ennemi » exige d'abord d' accepter de se découvrir . En effet, « ce que n'est que pour vous apprendre à vous connaître que le place sur votre chemin » est-il révélé. Que l'autre, que le monde nous servent de miroir. Cela apportera la révélation de ce que nous sommes..


La société actuelle peut, de façon un peu réductrice, se résumer à quelques traits  :

  • un pessimisme radical, c'est-à-dire, un manque absolu de confiance en autrui;

  • un individualisme exacerbé, c'est-à-dire la prédominance de l'intérêt personnel;

  • le culte du développement personnel, c'est-à-dire le choix de vivre pleinement ses émotions au détriment des relations collectives ou relationnelles.

Cela s'appelle le narcissisme. Le monde, la société est devenu un miroir dans lequel on s'admire. L'autre n'est plus le reflet de nous-mêmes, mais le reflet de ce que nous estimons ne pas être ou ne pas devoir être. L'autre est devenu un repoussoir. On a besoin des autres non pas pour s'améliorer, non pas pour découvrir, par effet de miroir, ses imperfections, non pas pour prêcher par l'exemple mais pour rehausser l'estime qu'on a de soi-même.

Le narcissisme est en fait à l'opposé de l'amour de soi. Le narcissisme rend de plus en plus difficiles des relations sans arrière-pensées avec autrui.

Le narcissisme ne rend pas heureux: saluer ceux dont on croise la route, engager la conversation, apporter une aide, un conseil cela rend heureux. Le narcissique n'en est pas capable puisqu'il se comporte comme s'il était devenu un objet unique au monde.

Autrui, le monde, n'est plus un miroir qui lui renvoie sa véritable image. Il ne se voit plus en autrui. Quand il regarde autrui, il voit quelqu'un qui est l'opposé de lui-même. Il se glorifie de ne pas lui ressembler. Et il va se mettre à chercher dans le comportement, même supposé, d'autrui tous les motifs possibles et imaginables pour renforcer, à ses yeux, sa propre image. Il va chercher dans le comportement d'autrui tous les motifs qui justifieront sa supériorité.

Nous sommes en plein dans la « vue du mal »!

Le narcissique, tout assuré qu'il est de sa supériorité, deviendra aisément un critiqueur impénitent. Ce n'est pas difficile: la critique est aisée. La critique est plus aisée que le prêche par l'exemple. Attention, « Vous ne pouvez faire la morale à personne, ce serait prouver que vous ne faites pas bien parce qu'elle ne s'enseigne pas par la parole mais par l'exemple et ne voir le mal en rien »! On ne se rend pas compte non plus du mal commis, car la critique impénitente est toxique pour celui qui en est l'objet.

Le narcissisme est à l'opposé de la spiritualité. La spiritualité est la vie de l'esprit, la force de l'esprit. La spiritualité, c'est la capacité de transformer notre vision du monde et nos actions. La spiritualité, c'est ce qui nous permet d'établir des liens avec les autres, dépourvus d'intérêts. C'est important dans notre société de plus en plus matérialiste.

Pour terminer, un petit extrait du chapitre: « LA CHARITE BIEN COMPRISE », dans lequel le Père ANTOINE aborde cette question du « miroir » qu'autrui constitue pour chaque être humain: 

« Nous répétons souvent qu'on ne peut lire en autrui qu'à travers soi-même ? Lorsque nous y lirons avec les yeux de la vertu, ses faiblesses nous sembleront des vétilles et nous exercerons non plus la charité matérielle, mais la charité morale. Si nous sommes dépourvus d'argent pour secourir les pauvres, nous aurons l 'amour pour les aimer autant qu'ils nous aimeront eux-mêmes. Notre indulgence nous empêchera de remarquer leurs défauts, si ce n'est pour leur venir en aide. C'est ainsi que nous aimerons réellement et qu'on nous aimera de même. »

 

 

 


 

 

 

20:10 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/08/2009

GRÄCE-HOLLOGNE:SOUVENIRS ANTOINISTES (Commission historique de Grâce-Hollogne)

SOUVENIRS ANTOINISTES.

Le Musée de Grâce-Hollogne expose, dans une vitrine, quelques souvenirs du Culte Antoiniste.

ZOULOU 323 [Desktop Resolution]

© CHGH

On observera le livre "Révélation par le Père". A droite, mais incomplet sur la photo: un chapeau. Il s'agit manisfestement d'un chapeau des débuts, à l'époque où ce n'étaient pas des hauts de forme. Enfin, une plaque que je voyais pour la première fois sur laquelle figurent les photos de Père et de Mère ANTOINE et le texte " Père et Mère ANTOINE nous protègent".

18:57 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

TEMPLE DE SCHAERBEEK.

Le temple de Schaerbeek :

 

1143255

Date de consécration (par le Second Représentant du Père) :

2 août 1925

C'est le Second Représentant du Père, le frère MUSIN qui eut la charge de sa consécration.
C'est le deuxième en date de la région bruxelloise, après celui de FOREST, au sud.

Le Temple se trouve, Rue Jacques RAYE, 29 à 1030 BRUXELLES.

Lecture tous les dimanches à 10 HEURES

Opérations les lundi mercredi et jeudi à 10 HEURES.

bonnes pensées.

Sr. SYLVIA

 

 

18:40 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |