22/09/2009

PENSEES SUR LA MEDITATION.

 

PENSEES SUR LA MEDITATION.


Avant de méditer, il faut s'assurer le calme: le calme dans son environnement mais surtout dans son âme. La première chose à faire, c'est de tenter d'éliminer les apriori, les jugements préétablis. La méditation consiste à vider l'esprit de tout ce qui l'encombre, de couper les fluides négatifs.

Il faut créer un état d'ouverture et de simplicité. Il est inutile de chercher un sujet ardu à haute portée philosophique sur lequel s'acharner mentalement. Une telle recherche n'est certes pas inutile... mais nous sommes loin de la méditation qui suppose beaucoup plus de simplicité.
Aussi longtemps qu'on n'a pas atteint ce degré de simplicité, on n'a pas accès à son âme parce que la pensée reste agitée et confuse. Aussi longtemps qu'on n'a pas éliminé les apriori, on reste l'esclave des émotions négatives comme la jalousie, l'orgueil, l'envie, la haine, le désir de vengeance...

Cet exercice ne peut qu'apporter une sensation de calme, de paix et d’équilibre, et de nouvelles perspectives se feront jour. Nous verrons tout sous un éclairage nouveau.

Quand on a atteint ce degré de simplicité, de dénuement de l'esprit, de désintéressement, on se rend compte qu' on a surtout tendance à chercher les défauts chez autrui. C'est la fameuse parabole de la paille et de la poutre: on voit les défauts chez autrui et on juge. Alors que, au contraire, ces défauts sont en nous. On est seulement incapable de les voir. Ou, plutôt,on ne veut pas les voir en nous, peut-être seulement inconsciemment et on les projette sur les autres. On ne voit chez les autres que ce qui existe en nous, peut-être refoulé.

La méditation est avant toute chose ce qui nous permet de trouver cette simplicité d'âme. C'est un travail sur soi-même, une démarche strictement personnelle sans aucune visée mystique. Celui qui espère que la méditation lui permettra de converser avec DIEU et d'irradier, de redescendre comme MOÏSE du Mont Sinaï, le front pourvu d'éclairs lumineux, se trompe!

Le retour sur soi-même, la création de cet état de simplicité nous amènera à inverser le regard pour le tourner vers l'intérieur. C'est ce que nous enseigne le cinquième principe.

C'est donc une remise en question. Parmi les dix principes, plusieurs nous demandent cettre remise en question et ce retour indispensable à la plus grande simplicité possible.

Cette remise en question, n'implique pas non plus négation de soi, rejet de ce que l'on est, mortification, ascétisme, autopunition ! La spiritualité ne s'obtient pas par la force, ni par l'orgueil. Ce ne serait qu'une forme de vanité !

Au contraire, la méditation c'est la remise en cohérence de soi-même, la cohérence entre l'être et le paraître. Ce n'est surtout pas l'éparpillement de la pensée, l'étalage de la piété, la recherche d'une fusion hypothétique, la poursuite d'une transfiguration. Ce sont là des égarements qui sont le signe avant-coureur d'un problème psychique sérieux. Quand on en est là,au lieu de trouver la paix on peut s'attendre à une très grande souffrance.

La méditation ne cherche pas à transformer les individus en êtres idéaux, parfait. Non, elle vise à ce que chacun s’accepte tel qu’il est et puisse vive en harmonie avec lui-même et ses semblables.

La méditation, bien comprise et bien pratiquée, doit donc avoir pour résultat non pas d'avoir une plus belle vie , non pas de vivre autrement mais d'avoir une vue plus sereine de la vie, donc de la ressentir plus profondément et plus justement. Elle doit donc permettre, et c'est cela le plus important d'avoir un jugement plus charitable.

Par là, elle permettra une ouverture aux autres de meilleure qualité.

17:57 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.