25/12/2009

LA PLENITUDE D'ÊTRE.

LA PLENITUDE D'ÊTRE.

La forme d'être la plus inférieure est celle des corps inanimés. Il leur manque une activité propre. Il est, par définition, l'être passif. Il ne peut entrer en activité que grâce à un autre être, soit par réaction soit parce qu'il est l'objet d'une manipulation. Il n'a bien entendu aucune conscience de son être.

Une activité activité plus grande se manifeste chez les organismes: ils sont pourvus d'une activité propre et leur activité tend vers une fin, bien que cette fin leur reste inconsciente. Ce sont, notamment, les plantes.

Chez les animaux, nous trouvons un degré encore supérieur. Ils ont une activité propre, plus grande car autonome, et leur activité est dirigée vers une finalité que, d'une certaine manière, ils connaissent. On trouve donc chez eux une plus grande plénitude d'être. Cependant, ils sont dépourvus de la conscience de leur place dans le monde et ils ignorent le sens de leur vie: ils ne savent pas que la mort clôture la vie. Pour nous , Antoinistes, nous sommes certains, à la différence d'autres cultes, qu'ils sont dépourvus d'âme.

L'homme, lui, est pourvu d'une âme spirituelle. 

" Nous devons comprendre qu'il existe deux mondes, l'un corporel et l'autre spirituel, le monde des incarnés et je n'ajouterai pas celui des désincarnés, mais plutôt celui des non incarnés. Beaucoup pourraient s'imaginer qu'ils sont distincts, il n'en est rien. J'ai déjà révélé que tout être se compose de deux individualités dont l'une est le moi conscient et l'autre le moi intelligent. Nous faisons donc partie du monde corporel par ce dernier, notre moi imparfait et du monde spirituel par notre moi réel." ( Chapitre "LA REINCARNATION" )

L'homme comprend donc en une seule personne la perfection de toutes les formes inférieures, y compris la matière inanimée. En plus, il les présente en une forme spirituelle supérieure. C'est en ce sens qu'il faut comprendre ce que le Père ANTOINE essaie de nous dire lorsqu'il dit que les animaux sont " l'excrément de la création ". C'est tout simplement cela qu'il exprime.

L'homme connaît la finalité de son activité mais il est aussi capable de la fixer librement. C'est ce que nous trouvons dans le chapitre " LE LIBRE ARBITRE ":

" Tel est le contrôle du libre arbitre, déduisant le mal du bien, l'erreur de la vérité. C'est ainsi que nous concevons les termes de comparaison et que nous entreprenons tous le chemin du progrès. Nous sommes tous des ADAM, nous avons tous subi cet examen. Je l'ai déjà révélé: si DIEU avait établi des lois pour aller à Lui, elles seraient obligatoires, nous ne pourrions nous en dispenser; nous serions redevables à DIEU de notre bonheur puisque à Lui seul en reviendrait le mérite."

L'homme possède donc la plus grande plénitude d'être qui soit sur terre.

Mais la plus grande plénitude qui soit, c'est DIEU. DIEU peut être caractérisé par ce que nous nommons "esprit", "volonté", "liberté","connaissance","amour".

La relation entre DIEU et les hommes est située sur deux plans. Tout d'abord, chaque homme peut être considéré comme un "DIEU en devenir" et l'essence de DIEU est présente dans toutes les essences. Ce qui fait la supériorité de l'essence de l'homme, c'est qu'il en est conscient. C'est la notion de l'immanence de DIEU. D'autre part, DIEU est le modèle et la source de toutes les essences. C'est donc vers Lui que l'homme tend par son progrès moral. C'est vers la fusion finale avec ce modèle de perfection et de plénitude. C'est, si l'on veut, une certaine conception de la transcendance. Bien que la plupart des religions donnent une autre définition de la transcendance, définition poussant au mysticisme.

16:48 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.