06/03/2010

LES MIRACLES N'EXISTENT PAS.

 

LES MIRACLES

Les miracles n'existent pas. S'ils existaient, ils nous feraient plutôt douter de l'existence de DIEU. Dès qu'on ne comprend pas quelque chose ou dès qu'on est incapable d'en expliquer l'origine, il est absurde d'invoquer la volonté de DIEU. Invoquer la volonté de DIEU, ce serait plutôt invoquer les caprices de DIEU. Si DIEU agissait par caprices, il ne serait plus DIEU. Il n'y a pas de miracles, il n'y a que des lois. Il n'y a que des voies à suivre. Il n'y a que des fluides bienfaisants à capter. « Miracle » est un terme passe-partout que l'homme utilise lorsqu'il ne connaît pas, ou connaît mal les lois universelles.

Si nous obéissons à ces lois, si nous suivons ces voies, si nous sommes aptes à capter tous les fluides bienfaisants, alors la volonté de DIEU peut se réaliser par l'intermédiaire de n'importe qui d'entre nous. N'importe qui d'entre nous serait alors capable de servir de canal aux forces divines.

Les forces divines sont en chacun de nous, potentiellement du moins. Les forces divines sont présentes en nous comme elles le sont dans tout l'univers. Malheureusement, nous ne pouvons pas en faire usage à notre guise. Elles ne sont à notre portée que dans des moments exceptionnels, dans des moments privilégiés où notre âme s'est dépourvue de toute vue du mal, dans des moments privilégiés où notre âme est dépourvue de toute esprit d'intéressement matériel, dans des moments privilégiés où elle se rapproche de l'état de pureté.

C'est très malaisé, c'est un état difficile à atteindre car ce n'est pas facile de se soustraire aux impératifs matériels, de ne pas céder aux désirs et envies égoïstes, de se débarrasser de toute vue du mal.

Les miracles n'existent pas, DIEU ne se manifeste pas par des caprices: l'homme est face à lui-même. Sa tâche est de travailler avec opiniâtreté à son avancement, à évoluer sur l'échelle du progrès. Il n'est pas inutile de rappeler un passage connu de l'Enseignement, passage qui suscite toujours la stupeur chez ceux qui lisent l'Enseignement en simples curieux. C'est le début du chapitre « LA CROYANCE ET LA FOI »: 

« Ne croyons pas en DIEU, n'espérons jamais rien de Lui, mais croyons en nous et agissons naturellement. Sachons que nous sommes DIEU nous-mêmes, que si nous voulons, nous pouvons.

La croyance a été imaginée par l'intelligence qui a toujours cru que DIEU existe en dehors de nous. Elle ne peut être naturelle car elle suscite la crainte et nous fait agir toujours contrairement, avec la pensée que DIEU nous voit, qu'Il nous observe, qu'Il nous punit et nous donne des récompenses... »

Méditons un instant sur un passage de l'Enseignement dans lequel le Père ANTOINE parle justement de cette question des interventions divines. Il s'agit du chapitre « LE MYSTERE: AMOUR, INTELLIGENCE & CONSCIENCE »: 

« Beaucoup se figurent qu'il faut avoir la crainte de DIEU; mais alors comment croire à sa bonté, à sa miséricorde infinie ? Peut-on avoir la crainte d'une personne que l'on sait bonne et aimante ? Est-il donc raisonnable de trembler devant DIEU, d'imaginer qu'il peut nous faire le moindre mal, être assez méchant par exemple que pour dévaster telle ou telle partie du monde, anéantir des milliers de personnes ? Est-ce ainsi que nous devons Le concevoir ? DIEU, possédant à l'infini toutes les vertus, ne veut être pour rien dans ce qui nous arrive et que nous Lui attribuons, bien que ce soit Lui qui nous dispense le bonheur; Il n'en veut pas de remerciements puisque ce bonheur n'est que le fruit de nos efforts, de notre mérite. Nous somme aussi indépendants de DIEU qu'il ne l'est de nous; s'il n'en était pas ainsi, où serait le libre arbitre ? Si nous dépendions de DIEU, Il pourrait nous extraire de l'abîme où nous sommes plongés; s'Il ne le faisait pas , Il ne serait plus DIEU mais plutôt un bourreau. En réalité, chacun de nous évolue et se dirige soi-même en s'établissant des lois en rapport avec son développement. DIEU, avons-nous dit, ne réside ni dans le ciel ni sur la terre, mais au sein des êtres; son amour se retrouve partout dans une puissance qui maintient l'équilibre et l'harmonie de l'ensemble; tous vont vers Lui par le contact de la loi morale qu'ils pressentent à travers l'atmosphère qui les entoure... »

 

19:38 Écrit par P.B. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.