28/08/2010

LES HOMMES ONT NATURELLEMENT DU MAL A SUPPORTER LES DIFFERENTS.

Nous revenons toujours à des textes fondamentaux. Par exemple, le chapitre " LA CHARITE MORALE " :

" ...attendons-nous à ce qu'un de nos semblables surgisse tout à coup sur notre chemin; mais ayons bien soin de ne pas y voir le mal, d'y voir plutôt l'instrument  de notre progrès;  nous savons que nous ne pouvons souffrir à cause d'autrui; acceptons l'épreuve avec patience et résignation, il en sortira un bonheur aussi grand que la souffrance aura été vive, nous obtiendrons un fluide éthéré qui nous rendra plus d'énergie, qui fera comprendre à l'un comme à l'autre que la vie spirituelle est la seule vie, que le monde corporel n'en est que le reflet, une illusion, une chimère bien misérable."

Et dans le chapitre "ÊTRE OU PARAÎTRE":

" Combien de fois n'avons-nous pas trouver importune la compagnie de celui qui souffre ! notre peu de compassion et d'amour nous empêche de goûter un plaisir à nous assimiler la pensée qui pourrait réconforter le malheureux; la patience aussi nous manque souvent, et s'il arrive que la personne nous soit antipathique, nous éprouvons peut-être une secrète satisfaction de son malheur; nous disons même parfois: 'C'est bien fait; elle ne récolte que ce q u'elle mérite !'  Est-ce là de l'amour ? "

Voilà certes de belles paroles, de beaux préceptes, des rappels importants. Mais est-ce si facile de s'en pénétrer ? 

Les hommes sont malheureusement naturellement racistes ou naturellement enclins à repousser tout ce qui est différent. 

C'est pourquoi, à cette tendance de mauvaise source, obéissant à des fluides contraires, il faut opposer, avec une patience infinie, la notion de coexistence, d'acceptation.

C'est en somme, la leçon du cinquième principe:

"  Efforcez-vous d'aimer celui que vous croyez être ''votre ennemi''. ce n'est que pour vous apprendre à vous connaître que je le place sur votre chemin. Mais voyez le mal en vous plutôt qu'en lui, il en sera le remède souverain."

16:29 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.