11/12/2010

MORALE ET MORALISME.

J'ai découvert par hasard un extrait de texte ou une citation de BARTHES. Je vous la livre d'abord et, ensuite, elle alimentera le raisonnement.

moralisme-signes-roland-barthes.1211442986.jpg

La morale, ce sont les exigences que l'on s'impose à soi-même. Le moralisme, ce sont les leçons que nous infligeons aux autres. Le moralisme, c'est comme le dit BARTHES, l'application de consignes ou de signes arbitraires, l'application de contraintes dictées par le conformisme.

Je vous livre un extrait du chapitre "L'ARBRE DE LA SCIENCE DE LA VUE DU BIEN." dans lequel le Père ANTOINE met le doigt sur l'hypocrisie du moralisme:

" L'intelligence ne correspond qu'à l'apparence. Dans la reproduction de scènes basées sur la morale, elle trouve un charme infini, une harmonie sans égale. Si des chants ou de la musique accompagnent un cortège funèbre, elle en est profondément touchée. On dit que la mélodie flatte l'oreille, ,disons plutôt qu'elle cajole l'intelligence, car voyez au théâtre, elle s'émeut jusqu'aux larmes devant la misère ou le malheur qui lui répugnerait s'il était réel, ici elle ferait le contraire, elle donnerait de l'argent pour ne pas le voir, puisqu'elle ne sait supporter la réalité. Je l'ai déjà révélé, cette faculté n'est autre que l'âme de la matière, de notre imperfection; elle n'existe que pour autant que nous sommes imparfaits; surmonter notre imperfection, c'est surmonter la matière quie est seule l'obstacle pour arriver au bonheur suprême. Aussi longtemps que nous voudrons la revendiquer, la morale sera pour nous un fardeau insupportable."


18:39 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.