16/04/2011

ENCORE SUR LA REINCARNATION.

Non, contrairement à ce que l'on entend dire parfois au sujet de la foi antoiniste, même parfois par des antoinistes eux-mêmes, après la mort on ne revient pas! On ne revient pas...on continue.

Revenir impliquerait que notre personnalité reviendrait lors de la réincarnation. Il n'en est nullement question.  La personnalité que l'on a au cours d'une existence est unique, elle est le résultat de l'agglomération d'une âme et d'un corps avec toutes les conséquences liées à l'un et à l'autre.

L'âme a engrangé une foule d'expériences. Elle a progressé ou piétiné. Elle a peut-être des épreuves à surmonter dues à la vie précédente. Bien qu'elle soit la même, elle n'est donc pas identique à celle de la vie précédente.

Le corps est tout à fait nouveau et, avec lui, tous ses attributs dont l'intelligence et les forces ou faiblesses physiques. Le milieu dans lequel on se réincarne est aussi compètement différent.

Nous voilà, en réalité, confrontés à un mystère bien difficile à comprendre. Le Père ANTOINE en parle à diverses reprises, notamment dans le chapitre "LE MYSTERE DE LA REINCARNATION":

" Tâchons de savoir ce qu'est notre intelligence qui se désagrège à la mort. Si elle subsistait quand nous renaissons, elle nous instruirait du mystère de la réincarnation, nous possèderions autant de raison et serions autant développés que lorsque nous nous désincarnons. Mais nous perdons avec le cerveau le souvenir de nos connaissances, la mémoire qui est l'arsenal de tous les fluides que nous traduisons intellectuellement en nous basant sur la matière; ces fluides forment une atmosphère autour de nous et notre esprit les connaît par coeur et les lit instinctivement."

Et, dans le chapitre "LA DESINCARNATION DES ENFANTS EN BAS ÂGE":

" L'esprit de l'enfant se réincarne aussitôt, comme nous l'avons dit, et cette épreuve lui a suscité une existence qui peut être tout le contraire de l'autre, suivant les souffrances endurées et autres chaoses difficiles à expliquer qui résultent de son élévation ou de son évolution."

Pour terminer, ce passage du chapitre " COMMENT NOUS POURRONS NOUS AMELIORER":

" Ah! si nous savions que nous devons passer par toutes les filières pour arriver au but, nous nous considérerions les uns et les autres bien autrement que nous le faisons. Quand nous comprendrons que nous nous réincarnons dans des milieux bien différents, que nous pouvons être dans une existence autant misérables que nous jouissions de l'aisance dans la précédente et réciproquement, nous n'attacherons pas tant d'importance à notre personnalité, nous aurons d'autant plus d'égard pour notre semblable parce que nous l'apprécierons d'une toute autre façon; mais nous sommes bien loin de cette modestie parce que notre vue du mal en est l'obstacle. Nous ignorons que nous devons passer par de nombreuses existences pour avoir ce qui nous paraît être dans nos semblables de grands défauts tandis que c'est l'embryon des vertus. Tout travail nous amène à celmles-ci, au premier abord il nous développe puis nous nous pénétrons insensiblement la sagesse."


17:42 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.