26/04/2011

POEME DE DOM HELDER CAMARA SUR LA TOLERANCE ET LE RACISME.

MAPPEMONDE 3.jpg

 

Si je pouvais,
je donnerais une mappemonde
à chaque enfant...
Et si possible,
un globe lumineux
dans l'espoir
d'ouvrir au maximum
le regard de l'enfant
et d'y éveiller
intérêt et amour
pour tous les peuples,
toutes les races,
toutes les langues, 
toutes les religions ! ...


Dom Helder CAMARAMille raisons pour vivre, Paris, Seuil, 1980.

18:59 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/04/2011

ENCORE SUR LA REINCARNATION.

Non, contrairement à ce que l'on entend dire parfois au sujet de la foi antoiniste, même parfois par des antoinistes eux-mêmes, après la mort on ne revient pas! On ne revient pas...on continue.

Revenir impliquerait que notre personnalité reviendrait lors de la réincarnation. Il n'en est nullement question.  La personnalité que l'on a au cours d'une existence est unique, elle est le résultat de l'agglomération d'une âme et d'un corps avec toutes les conséquences liées à l'un et à l'autre.

L'âme a engrangé une foule d'expériences. Elle a progressé ou piétiné. Elle a peut-être des épreuves à surmonter dues à la vie précédente. Bien qu'elle soit la même, elle n'est donc pas identique à celle de la vie précédente.

Le corps est tout à fait nouveau et, avec lui, tous ses attributs dont l'intelligence et les forces ou faiblesses physiques. Le milieu dans lequel on se réincarne est aussi compètement différent.

Nous voilà, en réalité, confrontés à un mystère bien difficile à comprendre. Le Père ANTOINE en parle à diverses reprises, notamment dans le chapitre "LE MYSTERE DE LA REINCARNATION":

" Tâchons de savoir ce qu'est notre intelligence qui se désagrège à la mort. Si elle subsistait quand nous renaissons, elle nous instruirait du mystère de la réincarnation, nous possèderions autant de raison et serions autant développés que lorsque nous nous désincarnons. Mais nous perdons avec le cerveau le souvenir de nos connaissances, la mémoire qui est l'arsenal de tous les fluides que nous traduisons intellectuellement en nous basant sur la matière; ces fluides forment une atmosphère autour de nous et notre esprit les connaît par coeur et les lit instinctivement."

Et, dans le chapitre "LA DESINCARNATION DES ENFANTS EN BAS ÂGE":

" L'esprit de l'enfant se réincarne aussitôt, comme nous l'avons dit, et cette épreuve lui a suscité une existence qui peut être tout le contraire de l'autre, suivant les souffrances endurées et autres chaoses difficiles à expliquer qui résultent de son élévation ou de son évolution."

Pour terminer, ce passage du chapitre " COMMENT NOUS POURRONS NOUS AMELIORER":

" Ah! si nous savions que nous devons passer par toutes les filières pour arriver au but, nous nous considérerions les uns et les autres bien autrement que nous le faisons. Quand nous comprendrons que nous nous réincarnons dans des milieux bien différents, que nous pouvons être dans une existence autant misérables que nous jouissions de l'aisance dans la précédente et réciproquement, nous n'attacherons pas tant d'importance à notre personnalité, nous aurons d'autant plus d'égard pour notre semblable parce que nous l'apprécierons d'une toute autre façon; mais nous sommes bien loin de cette modestie parce que notre vue du mal en est l'obstacle. Nous ignorons que nous devons passer par de nombreuses existences pour avoir ce qui nous paraît être dans nos semblables de grands défauts tandis que c'est l'embryon des vertus. Tout travail nous amène à celmles-ci, au premier abord il nous développe puis nous nous pénétrons insensiblement la sagesse."


17:42 Écrit par P.B. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2011

MORALE ET COMPORTEMENT HONNÊTE: QUALITES BIEN PARTAGEES. ( Sur une citation de Pierre BAYLE )

« La problématique de la morale est indépendante de la religion, les athées pouvant être aussi

moraux que les chrétiens. »

 

( Pierre BAYLE )

 

Décidément, les citations de Pierre BAYLE sont d'une richesse extraordinaire. Encore une fois, il n'est pas question de nous approprier ce penseur. Ni non plus de dire qu'il fut notre précurseur !

 

Mais on ne peut s'empêcher de faire des rapprochements avec l'ENSEIGNEMENT du Père ANTOINE. Lequel ignorait vraisemblablement jusqu'à même l'existence de Pierre BAYLE.

 

Ainsi, nous trouvons dans le chapitre « LE MATERIALISTE, LE FANATIQUE ET LE VRAI CROYANT », ces phrases:

 

«  La preuve que nous nous dirigeons suivant notre nature, c'est qu'on ne voit souvent aucune distinction entre les actes du croyant et du non-croyant; celui-ci peut avoir mérité des fluides plus éthérés et agir plus honnêtement que le premier qui témoigne ainsi de son manque de foi. Nous savons en effet que la meilleure façon de propager une doctrine, c'est de la pratiquer; par elle-même elle n'est rien, sa force n'est que dans l'exemple. Le matérialiste n'étant pas convaincu de sa manière de voir, proclame la matière en la revêtant de la morale; on sait cependant que la première est tout l'opposé de l'autre; elle ne peut pas être confondue avec les notions de vraie fraternité et de justice qui ne lui sont pas assimilables: pratiquer la morale, c'est surmonter la matière. Mais nous ne sommes pas toujours logiques, nous désapprouvons à notre insu notre propre doctrine, en voulant la défendre par des arguments d'une autre qui lui est diémétralement contraire. Quoiqu'il en soit, je crois qu'il est peu de matérialistes qui au moment de mourir restent fidèles à leurs théories. »

 

..............................................................

 

«  Cependant nul n'a le droit de critiquer les adeptes d'une telle doctrine. Ils agissent bien naturellement, ils possèdent la faculté commune à tous les hommes, appelée la conscience, faculté naturelle d'essence divine qui, en se développant, rend l'esprit plus sensible au bien et au mal. C'est celle-ci qui les empêche d'abdiquer la morale pour revendiquer les idées purement matérielles et d'y conformer leurs actes, qui leur dit: '' C'est moi qui suis votre DIEU et votre maître. Rapprochez votre raisonnement de l'obéissance et du respect que vous désirez me témogner. Il me suffit de vous éclairer sans chercher à vous convaincre, car il est plus grand et plus méritoire de vouloir être honnête en refusant de croire en DIEU que de croire en Lui et de prétendre Le servir, tout en restant dans les ténèbres.'' Le vrai croyant se place à un autre point de vue; il sait qu'en s'améliorant il se prépare le bonheur et il éprouve plutôt du plaisir en luttant contre ses imperfections; ainsi il s'acquiert les vertus, non pas qu'il soit mû par l'intérêt, il obéit à sa conscience. »

 

Ainsi, nous retrouvons, ici, non seulement l'affirmation de base de Pierre BAYLE, à savoir que les incroyants peuvent être aussi honnêtes et moraux que les croyants, mais surtout nous y trouvons l'explication, le développement.

 

A noter que le Père ANTOINE explique aussi en quoi le comportement honnête et moral d'un croyant apporte davantge de satisfactions.

19:13 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/04/2011

Sur l'universalité de la tolérance: développement d'une citation de Pierre BAYLE.

« La tolérance doit inclure tout le monde, chrétiens, juifs, mahométans, idolâtres ou athées. »

 

 

( Pierre BAYLE )

 

Cette citation de Pierre BAYLE n'est pas sans me faire penser à ce passage du chapitre « NOTRE FOI PEUT-ELLE SE COMMUNIQUER A D'AUTRES ? »:

 

«  Je ne puis que vous louer de tout le dévouement que vous témoignez à vos semblables et surtout du respect que vous avez pour toute opinion. Sans avoir acquis ces sentiments, nous pouvons être de parti pris et souffrir quand l'un ou l'autre de nos proches n'a pas les mêmes opinions que nous; nous devons bien facilement le comprendre puisque, avant de nous pénétrer le véritable amour, nous nous dirigeons par des opinions qui varient avec notre degré d'évolution; elles ne nous convainquent au point de nous faire imaginer que nous sommes seuls dans la raison et que tous ceux qui ne croient pas comme nous sont dans l'erreur, nous dénions aux autres la vérité, nous nous en disputons le monopole. C'est là que nous devons reconnaître la sublime efficacité de la providence: nous trouvons les moyens de nous satisfaire en basant nos actes sur des opinions qui sont cependant bien indifférentes à ceux de nos semblables qui voient en d'autres la vérité. »

 

La tendance générale des tenants d'une rligion monothéiste, c’est de se croire singuliers par rapport aux autres: les athées ou les tenants d'une autre religion qui deviennent des mécréants.

Il vaudrait mieux faire de l'introspection et découvrir ce qu’il y a en soi de mécréant plutôt que d’affirmer la supériorité de sa croyance. La foi est plus importante que les formes habituelles, rituelles par lesquelles cette foi s’exprime.



19:14 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/04/2011

LA REINCARNATION: SOYONS PRECIS DANS LE VOCABULAIRE.

La reincarnation

 

Aujourd'hui, la réincarnation est une croyance religieuse partagée par plus d'un milliard d'hommes (les hindous, les bouddhistes, les jaïns, les sikhs, les adeptes desreligions animistes en AFRIQUE auxquels s'ajoutent différents groupes spiritualistes, dont les ANTOINISTES.

 

Elle est très bien établie en Afrique sub-saharienne : « Toute naissance est la renaissance d'un ancêtre. », selon un dicton en cours là-bas. Dans le contexte des religions africaines, cette croyance est multiforme. Au niveau populaire, la réincarnation fait en général partie des évidences quotidiennes,

 

La signification de ce terme n'est pas toujours très claire. Elle varie en fonction du degré d'évolution morale et spirituelle de chacun et elle dépend aussi du milieu.
Quoi d'étonnant ? N'en est-il pas de même pour n'importe quel concept dont le sens fluctue au gré des capacités individuelles ?

 

Nous avons vu que, pour les ANTOINISTES, la croyance en la réincarnation est fondamentale. On ne peut pas se dire « ANTOINISTE » si on n'en est pas persuadé!

 

La réincarnation  est un principe de base selon lequel une entité immatérielle appelée « esprit », « âme » ou « conscience » se réalise complètement au travers de vies successives dans différents corps (humains pour les antoinistes , animaux ou végétaux pour d'autres croyances croyances).

 

C'est une vieille croyance selon laquelle l'âme humaine, séparée du corps au moment de la mort, revient sur terre sous une autre forme. Dans de nombreuses religions orientales, cette forme peut-être humaine, animale, ou même une plante.

 

Dans cette doctrine, à la mort du corps physique, l'« esprit » quitte ce dernier pour habiter, après une nouvelle naissance, un autre corps, ce qui permettrait à l'individualité de poursuivre ses expériences de vie et son évolution spirituelle ou morale.

 

Ici, il ne faut pas confondre. Il ne faut pas s'égarer dans le vocabulaire. Car chaque définition possible n'est pas le synonyme des autres. Chaque mot recouvre une notion complètement différente.

 

Peut-on parler d'une transmigration de l'âme? Oui, mais il faut faire attention. Pour nous, il s'agit d'un retour dans un autre corps dès la naissance de celui-ci. Il ne peut être question de concevoir, par exemple, un esprit qui viendait s'emparer d'un corps déjà bien évolué dans la vie ! A chaque réincarantion correspond une nouvelle personnalité.

 

J'ai déjà entendu dire que les ANTOINISTES croyaient en la métempsycose. Rien n'est plus faux. La métempsycose implique le passage d'une âme d'un corps humain, après le décès du corps physique dans un corps animal ou même végétal. Cette croyance n'est pour nous pas correcte. Elle implique, dans la vie quotidienne, des conséquences drastiques: le respect absolu de la vie de tous les êtres vivants ( par exemple, ne pas tuer une araignée ou une guêpe en train de vous piquer ! ). Chez les Égyptiens anciens, les cycles de métempsycose devaient durer 3000 ans. 

 

La réincarnation, c'est, répétons-le, le passage de l'âme dans un nouveau corps. Tout en étant bien persuadé que seule l'âme reste la même et continue son parcours. Il ne s'agit donc nullement d'une renaissance. Non, ne nous leurrons pas: notre personnalité est bien morte lors de la désinacrnation. C'est une nouvelle qui naît. Nous ne renaissons pas sous une autre apparence. La réicarnation n'est pas une renaissance: transformation des énergies physiques et psychiques chez d'autres êtres, par exemple en partie dans un descendant, un animal, un lama du Tibet, et même avant la mort. Cela c'est chez les Bouddhistes où l'on reconnaît qu'un enfant est la x° réincarnation de tel ou tel lama.

 

Notre doctrine n'a, non plus, rien à voir avec la palingénésie universelle, le retour à la vie, par ex. changement du cadavre en atomes allant dans les végétaux et animaux, qui, à leur tour, mourront. En fait, la notion de palingénésie ne recouvre pas seulement l'espérance d'une vie à venir individuelle, dans l'au-delà ou ici-bas, mais au sens propre une renaissance de l'univers entier à la fin des temps. Cela nous mène très près de la notion chrétienne ou biblique de "Jugement dernier" et de la "Résurrection de la chair". C'est, en gros, partagé par les trois religions monothéistes.

« 
Quand l'âme des bêtes et des oiseaux ailés a jailli hors du corps… elle voltige là-même, inutile, jusqu'à ce qu'un autre animal la ravisse, mêlée au souffle de l'air… Les mêmes, dans les demeures, deviennent les uns des pères et pères et fils et épouses aux beaux atours et mères et filles, par des générations qui se succèdent l'une l'autre… L'âme humaine, selon de certains cycles de temps, passe dans des animaux, de celui-ci en celui-là ; tantôt elle devient un cheval, tantôt un mouton, tantôt un oiseau terrible à voir… ou bien elle rampe sur la terre divine, rejeton des froids serpents »
— Orphée, fragments 223-224 . Telle était la vision antique de la palingénésie.

 

C'est aussi très loin de la doctrine, ésotérique, de l'éternel retour : répétitionéternelle des mêmes événements au bout d'une longue période ; par exemple, selon les stoïciens, on reverra un Socrate fait des mêmes éléments refaisant les mêmes choses que fit le Socrate historique ou on reverra le Christ de la même façon. Cela a d'ailleurs donné lieu à l'apparition, rcurrente, de prétendus Christ. Nous devons bien confesser que, à une certaine époque, certains ANTOINISTES ont été tentés par cette croyance. Elle est incompatible avec la doctrine de la réincarnation.

 

 

Le philosophe grec Platon soutenait que l'esprit humain doit connaître 9 cycles de réincarnation dans des formes vivantes supérieures ou inférieures. Si, au 9ème cycle, l'âme peut se réincarner dans le corps d'un artiste ou d'un philosophe, elle s'évade de l'esclavage de la matière et accède à la liberté. 

19:00 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

LA REINCARNATION: SOYONS PRECIS DANS LE VOCABULAIRE.

La reincarnation

 

Aujourd'hui, la réincarnation est une croyance religieuse partagée par plus d'un milliard d'hommes (les hindous, les bouddhistes, les jaïns, les sikhs, les adeptes desreligions animistes en AFRIQUE auxquels s'ajoutent différents groupes spiritualistes, dont les ANTOINISTES.

 

Elle est très bien établie en Afrique sub-saharienne : « Toute naissance est la renaissance d'un ancêtre. », selon un dicton en cours là-bas. Dans le contexte des religions africaines, cette croyance est multiforme. Au niveau populaire, la réincarnation fait en général partie des évidences quotidiennes,

 

La signification de ce terme n'est pas toujours très claire. Elle varie en fonction du degré d'évolution morale et spirituelle de chacun et elle dépend aussi du milieu.
Quoi d'étonnant ? N'en est-il pas de même pour n'importe quel concept dont le sens fluctue au gré des capacités individuelles ?

 

Nous avons vu que, pour les ANTOINISTES, la croyance en la réincarnation est fondamentale. On ne peut pas se dire « ANTOINISTE » si on n'en est pas persuadé!

 

La réincarnation  est un principe de base selon lequel une entité immatérielle appelée « esprit », « âme » ou « conscience » se réalise complètement au travers de vies successives dans différents corps (humains pour les antoinistes , animaux ou végétaux pour d'autres croyances croyances).

 

C'est une vieille croyance selon laquelle l'âme humaine, séparée du corps au moment de la mort, revient sur terre sous une autre forme. Dans de nombreuses religions orientales, cette forme peut-être humaine, animale, ou même une plante.

 

Dans cette doctrine, à la mort du corps physique, l'« esprit » quitte ce dernier pour habiter, après une nouvelle naissance, un autre corps, ce qui permettrait à l'individualité de poursuivre ses expériences de vie et son évolution spirituelle ou morale.

 

Ici, il ne faut pas confondre. Il ne faut pas s'égarer dans le vocabulaire. Car chaque définition possible n'est pas le synonyme des autres. Chaque mot recouvre une notion complètement différente.

 

Peut-on parler d'une transmigration de l'âme? Oui, mais il faut faire attention. Pour nous, il s'agit d'un retour dans un autre corps dès la naissance de celui-ci. Il ne peut être question de concevoir, par exemple, un esprit qui viendait s'emparer d'un corps déjà bien évolué dans la vie ! A chaque réincarantion correspond une nouvelle personnalité.

 

J'ai déjà entendu dire que les ANTOINISTES croyaient en la métempsycose. Rien n'est plus faux. La métempsycose implique le passage d'une âme d'un corps humain, après le décès du corps physique dans un corps animal ou même végétal. Cette croyance n'est pour nous pas correcte. Elle implique, dans la vie quotidienne, des conséquences drastiques: le respect absolu de la vie de tous les êtres vivants ( par exemple, ne pas tuer une araignée ou une guêpe en train de vous piquer ! ). Chez les Égyptiens anciens, les cycles de métempsycose devaient durer 3000 ans. 

 

La réincarnation, c'est, répétons-le, le passage de l'âme dans un nouveau corps. Tout en étant bien persuadé que seule l'âme reste la même et continue son parcours. Il ne s'agit donc nullement d'une renaissance. Non, ne nous leurrons pas: notre personnalité est bien morte lors de la désinacrnation. C'est une nouvelle qui naît. Nous ne renaissons pas sous une autre apparence. La réicarnation n'est pas une renaissance: transformation des énergies physiques et psychiques chez d'autres êtres, par exemple en partie dans un descendant, un animal, un lama du Tibet, et même avant la mort. Cela c'est chez les Bouddhistes où l'on reconnaît qu'un enfant est la x° réincarnation de tel ou tel lama.

 

Notre doctrine n'a, non plus, rien à voir avec la palingénésie universelle, le retour à la vie, par ex. changement du cadavre en atomes allant dans les végétaux et animaux, qui, à leur tour, mourront. En fait, la notion de palingénésie ne recouvre pas seulement l'espérance d'une vie à venir individuelle, dans l'au-delà ou ici-bas, mais au sens propre une renaissance de l'univers entier à la fin des temps. Cela nous mène très près de la notion chrétienne ou biblique de "Jugement dernier" et de la "Résurrection de la chair". C'est, en gros, partagé par les trois religions monothéistes.

« 
Quand l'âme des bêtes et des oiseaux ailés a jailli hors du corps… elle voltige là-même, inutile, jusqu'à ce qu'un autre animal la ravisse, mêlée au souffle de l'air… Les mêmes, dans les demeures, deviennent les uns des pères et pères et fils et épouses aux beaux atours et mères et filles, par des générations qui se succèdent l'une l'autre… L'âme humaine, selon de certains cycles de temps, passe dans des animaux, de celui-ci en celui-là ; tantôt elle devient un cheval, tantôt un mouton, tantôt un oiseau terrible à voir… ou bien elle rampe sur la terre divine, rejeton des froids serpents »
— Orphée, fragments 223-224 . Telle était la vision antique de la palingénésie.

 

C'est aussi très loin de la doctrine, ésotérique, de l'éternel retour : répétitionéternelle des mêmes événements au bout d'une longue période ; par exemple, selon les stoïciens, on reverra un Socrate fait des mêmes éléments refaisant les mêmes choses que fit le Socrate historique ou on reverra le Christ de la même façon. Cela a d'ailleurs donné lieu à l'apparition, rcurrente, de prétendus Christ. Nous devons bien confesser que, à une certaine époque, certains ANTOINISTES ont été tentés par cette croyance. Elle est incompatible avec la doctrine de la réincarnation.

 

 

Le philosophe grec Platon soutenait que l'esprit humain doit connaître 9 cycles de réincarnation dans des formes vivantes supérieures ou inférieures. Si, au 9ème cycle, l'âme peut se réincarner dans le corps d'un artiste ou d'un philosophe, elle s'évade de l'esclavage de la matière et accède à la liberté. 

18:59 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |