22/01/2014

L'EFFICACITE DE LA PRIERE SELON LE PERE ANTOINE.

 

 

L'EFFICACITE DE LA PRIERE SELON LE PERE ANTOINE.

 

 

imagesCAJI1Y28.jpg

 


Dans l'Enseignement, Chapitre «  C'EST ADAM ET EVE QUI FORMENT LA BASE DES TERMES DE COMPARAISONS », on trouve ce passage:

"Quand nous ne verrons plus le mal, nous serons avec Dieu ; mais si peu que nous le voyions, nous devenons incompatibles avec Lui : d'un Dieu de bonté et d'amour, nous faisons un démon car s'il existait une injustice, elle aurait nécessairement sa source en Lui"

Dans le chapitre «  L'EFFICACITE DE LA PRIERE », le Père ANTOINE répond à un adepte qui demande si la prière n'est pas contraire à l'Enseignement en ces termes :

«  Si vous vous en rapportiez aux autres, je crois que vous pourriez faire erreur, ceux-ci sont-ils dans la raison en disant qu'il ne faut plus prier, ne serait-ce pas eux plutôt, en s'abstenant de le faire, qui agiraient contre l'Enseignement ?

Ah ! Les adeptes l'interprètent bien plus souvent par l'intelligence que par la conscience. Il est vrai que j'ai enseigné que la prière est dans les actes, mais il se trompe celui qui a commris par là qu'on ne devait plus prier. J'ai raisonné précédemment que toute personne montre son degré d'élévation par la conception qu'elle se fait de la Divinité, mais aussi longtemps qu'elle n'arrive pas à voir DIEU en elle, elle a besoin d'élever ses pensées vers celui en qui elle a la foi.

De quelle autre façon pourrait-elle se relier à lui et puiser dans son exemple ce qui lui est nécessaire ? Plus sommes-nous en dehors de la matière, plus courte est notre prière. Il est facile de dire qu'on ne doit plus prier, mais est-on arrivé pour cela à pouvoir dominer la matière ? Celui qui s'en abstiendrait auparavant ne pourrait jamais avoir la foi véritable parce qu'il faut que ce soit la prière qui nous guide jusqu'à ce que nous la possédions avec assez de certitude, la pensée se perd insensiblement à mesure que nous nous élevons. »

Le Père ANTOINE nous demande ici d'arriver à prier le Dieu qui est en nous, et non le Dieu extérieur dont on voudrait qu'il nous sauve de nos malheurs. Le vrai Dieu est notre Dieu intérieur, c'est lui que nous devons prier. Mais, en attendant, aussi longtemps que nous n'aurons pas cette maîtrise, cette foi, la prière reste nécessaire.

Attention, le Père ANTOINE nous dit que la prière sera en quelque sorte le guide vers cette certitude. Là c'est une prière efficace. La prière deviendrait inutile, pourrait même nous égarer, si elle restait le seul objet de notre recherche spirituelle. Prier pour prier est néfaste à notre avancement.

Ailleurs, le Père ANTOINE insiste aussi sur le silence qui doit régner dans les temples. Dans le Chapitre « COMMENT DOIT-ON AGIR DANS LES REUNIONS SI L'ON VEUT RESPECTER L'ENSEIGNEMENT. » , il dit :

« Plus de silence y aura-t-il, mieux le fluide pourra faire son oeuvre et plus les adeptes en profiteront. »

Le silence est bien sûr absolument nécessaire à une prière sincère. Il est aussi absolument utile à la méditation. On peut dire que méditation et prière sont liées. La pratique de la méditation devrait conduire à nous libérer des préoccupations du monde. Méditer ne signifie pas que nous devons supprimer toutes nos pensées mais qu'elle est l'occasion de faire un tri, de les rééquilibrer. Reparlant de la prière, on constate que pour de nombreuses personnes, celles-ci ne savent pas méditer sans la prière.

Livre.jpg





19:28 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.