23/06/2014

REFLEXIONS SUR LA VIOLENCE

  1. La violence : REFLEXIONS.

 

ORESTE.jpg

 

Quand on envisage le phénomène de la violence, vient automatiquement à l'esprit, un seul aspect de celle-ci : la violence physique...et son opposé : la non-violence.

Ce serait réducteur de ramener la notion de violence seulement à l'aspect physique.  

En réalité, la violence peut être commise ou amenée, ou comprise de différentes façons.

Sur ce site, nous avons déjà parlé des « actes-pensées ».

Nous retrouvons cette idée quand on examine la notion de violence.

Nous trouvons, bien sûr, la violence pure, brute, physique : l'action violente. Mais la violence peut aussi être commise par la parole ( les discours haineux ) ou par l'écrit ( articles de presse, la littérature haineuse ). C'est compréhensible : les mots, les écrits peuvent nuire et faire aussi mal que les agressions physiques.

Mais, et nous revenons ici aux « actes-pensées », sont violence les actions mentales. C'est logique car elles gangrènent les esprits et arrivent, quasi immanquablement, au processus d'engagement de la violence.

Ainsi, la prise de décision, la planification de l'acte. Il est rare qu'un tel acte reste toujours purement mental. Même si par faiblesse, incapacité ou lâcheté on ne passe pas à l'acte lui-même, cela signifie que, au minimum, on approuve ou on se réjouit, même si c'est silencieusement, à la violence.

Nous revenons toujours aussi à une des données de base de l'antoinisme : la vue du mal.

Rappelons-nous le cinquième principe : «  Efforcez-vous d'aimer celui que vous croyez être votre ennemi ; mais voyez le mal plutôt en vous qu'en lui, il en sera le remède souverain »

 

19:22 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.