05/02/2018

La persistance du sentiment religieux ( tiré de "Jean Barois") de Roger Martin du Gard

Sur la persistance du sentiment religieux.

nsmail-3-1.jpg

Barois: "Il y a peut-être des gens absolument dénués de sens religieux, comme il y a des daltoniens, par exemple...Mais il, est évident que ce sont des exceptions: ils ne doivent pas généraliser d'après eux. Et, puisque vous ignorez tout du sentiment religieux, pourquoi en parlez-vous ? Qu'est-ce que vous pourriez en dire ? Votre logique vous amène à des solutions qui vous paraissent simples, rationnelles, définitives: et, pourtant, toute conscience religieuse les rejettera, je vous l'affirme , comme absolument insuffisantes à expliquer l'intensité de la vie intérieure !"

Dalier: "Mais, monsieur,vous-même, vous avez soutenu, vingt fois devant moi..."

Barois: "Eh bien, c'est possible. Mais aujourd'hui, je vous dis que, si l'on déracine les dogmes, le sentiment religieux persistera. Il prendra une forme différente. regardez autour de vous: tout l'effort de la raison n'a pu l'ébranler, au contraire ! Le sentiment religieux, il se laïcise déjà, il est partout ! dans tout ce qu'on tente, d'un bout à l'autre du monde, pour défendre le droit, pour préparer un avenir social meilleur, une répartition plus équitable des biens et des devoirs ! La charité, l'espérance et la foi...Mais c'est exactement ce que, sans employer les les mêmes termes, je m'efforce de pratiquer depuis que je suis affranchi. Alors ? n'est-ce qu'une question de mots ? Qu'est-ce qui me guide obscurément vers le bien, sinon la permanence en moi d'un sentiment religieux qui a survécu à ma foi ? Et d'où vient qu'il y ait, en chacun de nous, ce même principe de perfectionnement ?

Non, non, la conscience humaine est religieuse, en essence. Il faut l'admettre comme un fait...Le besoin de croire à quelque chose ! Ce besoin-là est en nous comme le besoin de respirer."

Ce texte nous rappelle le chapitre " Le Matérialiste, le fanatique et le vrai croyant.", que le Père ANTOINE commence comme suit:

" Nous voyons dans le monde se former une grande variété d'opinions; une partie ont la croyance à un Être suprême, mais ne peuvent être plus certains que d'autres qui se disent "Ni Dieu, ni maître". Les uns et les autres se dirigent d'après la nature des fluides qu'ils se sont acquis et qui leur donnent la conviction d'être dans la vérité. Si des personnes peuvent être convaincues de l'au-delà, c'est qu'elles ont atteint à des fluides éthérés qui donnent cette certitude. d'autres ont moins progressé, elles ne se font pas la même conception d'un être suprême sinon elles travailleraient tout autrement. La preuve que nous nous dirigeons suivant notre nature, c'est qu'on ne voit souvent aucune distinction entre les actes du croyant et du non-croyant; celui-ci peut avoir mérité des fluides plus éthérés et agir plus honnêtement que le premier qui témoigne ainsi de son manque de foi.

...

Le matérialiste n'étant pas convaincu de sa manière de voir, proclame la matière en la revêtant de la morale..."

18:28 Écrit par P.B. dans religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.