26/02/2008

DEVELOPPEMENT PERSONNEL. AMELIORATION SPIRITUELLE. SYNONYMES ?

    

DEVELOPPEMENT PERSONNEL,

SYNONYME D’AMELIORATION SPIRITUELLE ?

     « Développement personnel ». Grand sujet à la mode ! Est-ce synonyme de « Amélioration spirituelle » ? Non. A bien raisonner, ce pourrait même être antinomique. Ou, au mieux, on est sur deux registres différents.

      Je puis vous rappeler, pour débuter, le deuxième Principe : 

« Ne croyez pas en celui qui vous parle de moi, dont l’intention serait de vous convertir, si vous respectez toute croyance et celui qui n’en a pas, vous savez, malgré votre ignorance, plus qu’il n’en pourrait vous dire. »

     Cela peut se traduire de diverses manières et amener des réflexions :

1° « Ne parlez jamais de moi (DIEU) dans l’unique intention d’attirer quelqu’un. Malgré toutes vos études et recherches, gardez toujours conscience de votre ignorance. Dès lors, respectez toute croyance autre que la vôtre. Respectez même celui qui se dit incroyant. Ils en savent peut-être plus que vous. »

2° « Ne prétendez jamais détenir la Vérité. Méfiez-vous de toute personne qui prétendrait détenir la Vérité. Cela vous préservera de la vanité, de l’orgueil, du sectarisme et du fanatisme. Ayez bien soin de ne jamais vous prendre pour un prophète et encore moins pour un messie. »

3° « Ayez toujours bien à l’esprit que toute capacité spirituelle que vous auriez obtenue n’est due qu’à la foi. Il ne faut jamais chercher un quelconque pouvoir sur autrui ou sur une communauté sur la base de cette capacité spirituelle. Le pouvoir ne peut en aucun cas constituer le but d’un adepte quand il cherche à améliorer sa connaissance. »

4° « La religion ne suppose pas nécessairement l’adhésion à un « credo » reconnu et considéré comme unique. Foi et croyance ne signifient pas la même chose sauf dans le langage profane. Respectons toutes  les croyances. Il n’y a qu’un Dieu à qui ont été attribués des noms divers. »

5° « De même, toutes les religions sont une, bien que les organisations et les manifestations religieuses  soient différentes. Par exemple, tout croyant peut reconnaître la profondeur d’une affirmation ou d’une manifestation hindouiste, chrétienne, bouddhiste ou musulmane. C’est ce qu’on s’efforce de faire sur ce site en donnant référence à des citations »

6° « Toutes les religions participent à l'élévation spirituelle de l'homme. Aucune religion n’est supérieure à une autre. Chacune a son rôle à jouer. Ainsi, forme pourtant réputée primitive, l’animisme fait comprendre le fait divin. Il en est de même du polythéisme. Le monothéisme donne à comprendre le Créateur universel du monde. Les religions doivent donc pouvoir vivre ensemble et se respecter mutuellement. Elles ont toutes le même but : éclairer les hommes et de les mener à DIEU. Ce qui ne signifie pas qu’il faut tomber dans l’éclectisme religieux. Celui-ci serait contraire à la foi véritable. »

7° Finalement, « Développement personnel » et « amélioration spirituelle » correspondent aux fameux « Deux termes de comparaison » de nos « Dix Principes ».

 Le « Développement personnel » correspond au besoin de l’intelligence de « vouloir toujours plus posséder », de « se faire un piédestal de la clémence », de « ne chercher qu’à s’élever toujours de plus en plus », de « fouler aux pieds la conscience ». Dans « Développement personnel », il y a le mot « personnel » qui suppose séparation d’avec le prochain, regard sur le prochain, surpassement du prochain.

En revanche, « Amélioration spirituelle » correspond au besoin de la conscience qui est toute intérieure. Voir la fin du neuvième principe : « Cultivez-vous, vous vous rappellerez le passé, vous aurez le souvenir qu’il vous a été dit : Frappez, je vous ouvrirai, ; je suis dans le Connais-toi ».

Il n’est pas dit « Développez-vous » mais « Cultivez-vous », ni « Je (DIEU) suis dans le  Développe-toi » mais « je suis dans le Connais-toi »

14/07/2007

LIBRES REFLEXIONS SUR LE NEUVIEME PRINCIPE.

 

REFLEXIONS SUR LE NEUVIEME PRINCIPE.

 

« TOUT CE QUI VOUS EST UTILE, POUR LE PRESENT

COMME POUR L’AVENIR,

SI VOUS NE DOUTEZ EN RIEN,

VOUS SERA DONNE PAR SURCROÎT :

CULTIVEZ-VOUS, VOUS VOUS RAPPELLEREZ LE PASSE ;

VOUS AUREZ LE SOUVENIR

QU’IL VOUS A ETE DIT : « FRAPPEZ, JE VOUS OUVRIRAI ;

JE SUIS DANS LE CONNAIS-TOI. »

 

Il ne faut pas essayer de brûler les étapes mais plutôt de les franchir au rythme de nos capacités.

Nous ne devons pas nous imaginer, et encore moins essayer, de tout changer en une seule fois, comme si on disposait d’une baguette magique. Si on a la foi et qu’on la garde en permanence, tout « viendra par surcroît » : nous franchirons les étapes au rythme de nos capacités qui iront toujours en s’accroissant. 

« Frappez, je vous ouvrirai » peut se transposer en « Laisse moi faire, tu auras tout ». Considérons cela comme une promesse et gardons en la foi, le reste nous sera « donné par surcroît »

« Cultivez-vous », cela signifie aussi qu’il faut apprendre à être désintéressé et intégralement neutre et aussi totalement sans jugement.

Au lieu de les juger, de voir le mal en eux, aidons les autres par l’exemple de la mise en pratique du message de l’ENSEIGNEMENT. Aidons-les ainsi à « frapper pour qu’il leur soit ouvert ».

En travaillant ainsi sans aucun but ni espoir de récompense, nous n’aurons rien demandé mais, à l’inverse, tout donné avec joie.

Il faut considérer chaque don comme un coup « frappé » à la porte et tout nous viendra en retour.

 

09/11/2006

PREDESTINATION ?

 

PREDESTINATION ?

      Nous voici en plein dans une notion souvent mal comprise. Beaucoup de personnes comprennent mal le fait que l’ENSEIGNEMENT Antoiniste, tacitement du moins, rejette l’idée de prédestination alors que, dans certains passages, le Père ANTOINE insiste pourtant sur le fait que dans cette incarnation nous « préparons » en quelque sorte la suivante et sur le fait aussi que dans la présente incarnation nous héritons ( ou nous subissons, si vous préférer ) des épreuves causées dans une précédente.       Pour beaucoup de personnes, mêmes pour des adeptes convaincus, cela semble contradictoire.      Voici des explications données par le Père ANTOINE,dans le chapitre « LA FOI NE PEUT SE TROMPER » :      « Ah ! si nous pouvions nous en pénétrer la raison qui souvent est voilée par l’épreuve, nous serions plutôt réconfortés, car cet échec sert à nous détourner d’un chemin contraire à notre avenir, pour nous faire suivre celui qui nous dirigera vers le but pour lequel nous sommes prédisposés et qui doit nous rendre autant heureux que l’autre pouvait nous rendre malheureux. N’oublions pas que tout homme se crée dans l’existence actuelle, la vocation à suivre dans celle qui y succédera, que tous nous possédons à l’état latent des aptitudes ou des prédispositions que nous disons naturelles parce que nous les avons acquises dans le cours de nos existences antérieures ; elles doivent faire notre bonheur. Mais tentés par la matière nous les enrayons souvent, croyant y trouver un plus grand que celui auquel nous étions appelés. » 

     Donc, c’est clairement dit : les incarnations vécues donnent en héritages des aptitudes, des prédispositions, des atouts ( ou, à l’inverse, des handicaps, des faiblesses, des dettes ).

 

    Ce qui se passe est fonction de la bonne compréhension et du libre arbitre. Ou on cède à la facilité ( « tentés par la matière » )ou on utilise les bonnes prédispositions.

      Le Père ANTOINE termine ce chapitre comme suit :      «  Voilà la raison de l’épreuve ; elle nous est toujours profitable parce que la cause en est réelle ; la souffrance que nous endurons ne résulte que de l’erreur et elle la démolit en frayant le chemin de l         a vérité. » 

      Nous subissons une quantité indéterminée d’incarnations. Tout dépend de notre progrès moral au moment de chaque désincarnation.

    Alors, que se passe-t-il lors de l’incarnation suivante ?

 

   Chaque nouvelle incarnation représente une renaissance à la vie matérielle. Notre corps disparaît à tout jamais lors de notre désincarnation. Dès lors voyons comment nous retrouvons un nouveau corps pour nous permettre de nous réincarner à nouveau.

 

     Pendant sa dernière incarnation, tout être humain a soit stationné, soit progressé suite à tous les actes commis, suite à la façon avec laquelle on a abordé les épreuves.

 

     Nous devons subir les effets de toutes les expériences vécues sous forme d’épreuves. Ces épreuves nous donnent l’occasion de nous pencher sur nous mêmes. Ces épreuves , si nous les avons abordées et si nous en avons profité pour nous pencher sur nous-mêmes et avancer dans la compréhension du monde, doivent nous permettre de réaliser un progrès, si lent soit-il, jusqu’à ce que nous arrivions à acquérir la pureté totale.

 

     Pour cela, avant de se désincarner, notre âme s’est préparé, à notre insu, un nouveau corps, une nouvelle identité, plongé dans un environnement familial, social, culturel, disposant d’un certain capital de santé, d’intelligence et de capacités diverses.

 

     Ce sont les faiblesses qui détermineront les épreuves à subir. Ce sont aussi autant d’atout qui  doivent permettre de les affronter.